"A quand les députés en bermuda ?" : Jean-Louis Debré s'indigne du "ni cravate ni veste" accepté à l'Assemblée

L'ex-président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, estime vendredi que la fin de la cravate et de la veste obligatoires dans l'hémicycle est le signe d'un "avachissement". Les députés sont des "représentants de la Nation et pas à la foire à neuneu", dit-il.

Jean-Louis Debré, invité du 8h30 Aphatie, mardi 15 novembre sur franceinfo.
Jean-Louis Debré, invité du 8h30 Aphatie, mardi 15 novembre sur franceinfo. (RADIO FRANCE)

Pour l'ancien président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, la fin de la cravate et de la veste obligatoires dans l'hémicyle est le signe d'un "avachissement"

>> Cinq fois où des tenues vestimentaires ont posé problème à l'Assemblée

"On voit, période après période, un avachissement, a-t-il réagi, vendredi 21 juillet, sur franceinfo. Quand les députés vont-ils venir en espadrilles et bermuda ? On est parti de l'Empire avec un uniforme qui était trop formaliste et on est arrivé à une tenue correcte car on est représentant de la Nation et pas à la foire à neuneu."

"On est en train de tout banaliser"

Un peu désabusé, l'ancien président de l'Assemblée mais aussi du Conseil constitutionnel relativise l'importance de cette décision. "Tout cela n'est pas très grave mais c'est un signe de détournement de la notion de représentant du Peuple. Quand on va voter une loi, c'est un acte solennel, on est en train de tout banaliser, a-t-il expliqué. Ce n'est pas un drame mais pourquoi on ne distribuerait pas de chewing-gums à l'entrée de l'hémicycle ?"