Cet article date de plus de neuf ans.

A la veille de la présentation du projet du Nouveau centre, la candidature d'Hervé Morin divise le parti

Le Nouveau centre (NC) dévoilera dimanche son projet politique pour 2012. Le dimanche suivant, Hervé Morin officialisera sa candidature à la présidentielle. Celle-ci divise le parti et l'UMP le menace de mesures de rétorsions aux législatives.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hervé Morin, candidat du Nouveau centre à la présidentielle veut instaurer un contrat de travail unique. (AFP - Miguel MEDINA)

Le Nouveau centre (NC) dévoilera dimanche son projet politique pour 2012. Le dimanche suivant, Hervé Morin officialisera sa candidature à la présidentielle. Celle-ci divise le parti et l'UMP le menace de mesures de rétorsions aux législatives.

Le Nouveau centre doit-il présenter un candidat à l'élection présidentielle ? Ce partenaire de la majorité présidentielle présentera dimanche son projet politique pour 2012, une semaine avant que son président, Hervé Morin, n'officialise sa candidature à l'élection présidentielle. Une démarche qui divise son parti.

Pour François Sauvadet, ministre (NC) de la Fonction publique, la candidature de M. Morin est "inutile et dangereuse".

"Une candidature à la présidentielle doit être utile à la majorité et au Centre. Est-ce que c'est le cas pour la candidature d'Hervé Morin ? Je dis franchement non", a déclaré l'ancien patron des députés centristes au Figaro, constatant que l'ex-ministre de la Défense "reste scotché dans les sondages à 0,5-1% malgré le retrait de Jean-Louis Borloo".

"La présidentielle c'est une affaire sérieuse. Moi, je pense que ce projet que nous voulons porter, il faut le porter avec d'autres fautes de pouvoir le porter seuls", a-t-il ajouté en prévenant M. Morin qu'il ne soutiendrait pas sa candidature s'il décidait de se maintenir.

L'autre ministre centriste du gouvernement, Maurice Leroy (Ville), et le président exécutif du parti, Jean-Christophe Lagarde, ne voient pas non plus l'intérêt de diviser la majorité avec cette candidature.

Hervé Morin persiste

Le président du Nouveau centre n'en a cure. Pour M. Morin, qui doit officialiser sa candidature le 27 novembre, la présence d'un candidat du NC au premier tour est vitale si le parti veut "exister politiquement" et pouvoir "négocier des circonscriptions avec l'UMP".

"Si on arrête tout, demain, on disparaît. Je suis candidat pour aller jusqu'au bout, je ne suis pas là pour faire un tour de piste pendant deux mois", a assuré M. Morin en réponse à ceux qui le voient se déclarer candidat puis quitter la compétition avant le premier tour.

Mercredi, le patron du parti majoritaire, Jean-François Copé, a menacé de mettre un candidat UMP, lors des prochaines législatives, face à tous les parlementaires centristes qui choisiraient M. Morin contre M. Sarkozy.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.