Patrimoine : les fortifications de Bonifacio

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 22/10/2013Durée : 00h40

Direction maintenant Bonifacio. Ses fortifications surplombent un à-pic vertigineux au-dessus de la mer. Son détroit en a toujours fait un site stratégique et convoité. Alors, quand et comment fut conçue la ville.

Du haut de ces falaises, 11 siècles nous contemplent. Bâtie sur un promontoire naturel de calcaire blanc, Bonifacio est la doyenne des villes corses. Un dédale de ruelles étroites, sur une presqu'île ventee. Elle devrait son nom au conte Boniface, le seigneur venu de Pise qui l'a fondée en 830. Cet ancien lieutenant-colonel retraité à Bonifacio la décrit comme une citadelle imprenable. Il nous explique pourquoi, au pied des remparts construits par les Génois à partir du Xlle siècle.

Ce rocher calcaire qui était naturellement assez haut a été retaillé par les ingénieurs militaires génois de façon a accroître la verticalité des remparts. On voit que la moitie de cette hauteur est composée du mur taille.

La Porte de Gênes avec son ancien pont-Ievis futjusqu'en 1848 la seule entrée d'une cité ceinturée de remparts qui stockait les vivres et l'eau potable pour résister aux sièges. Quittons la rive et ses ouvrages défensifs pour nous enfoncer dans les ruelles de la ville haute. Avec la chargée du patrimoine à la mairie, nous découvrons l'église la plus ancienne de la ville bâtie au XIIIe siècle du temps des Génois. A proximité, de mystérieux aqueducs relient les demeures médiévales.

Ces sortes de pont entre 2 maisons permettaient de récupérer l'eau d'une toiture vers une citerne.

Notre guide possède une maison très ancienne, typique de l'architecture locale. Etroite avec une façade sur la rue, une autre sur la mer. Une terrasse époustouflante a flanc de falaise. Tout aussi vertigineux, l'escalier du roi d'Aragon. Une longue cicatrice sculptée dans le calcaire. La légende veut que les 187 marches aient été taillées en une nuit par les soldats aragonais qui assiégèrent la ville en 1420.

Nous devons notre salut à une Bonifacienne. Elle aurait entendu les bruits des travaux aragonais, et aurait donné l'alerte et cette Bonifacienne nous aurait sauvés.

Dernière escale au cimetière marin de Bonifacio. Chaque famille y possède un caveau. Même dans leur sommeil, les Bonifaciens gardent un panorama exceptionnel, à quelques mètres de la pointe de la presqu'île. Un cimetière aux allures de paradis.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==