VIDEO. Crise au Venezuela : Raphaël Glucksmann souligne "une différence de fond" avec Jean-Luc Mélenchon

L'essayiste, qui veut réunir la gauche pour les européennes hors La France insoumise, n'est pas sur la même ligne que Jean-Luc Mélenchon sur la situation au Venezuela, en pleine crise économique et politique. 

RADIO FRANCE

Donald Trump et Jair Bolsonaro "ne sont pas responsables de la colère des Vénézuéliens", a répondu lundi 28 janvier Raphaël Glucksmann au leader de La France Insoumise. "Les Etats-Unis et le Brésil soutiennent un putsch d'extrême droite, avait indiqué Jean-Luc Mélenchon la veille sur France 3. J'espère que [Nicolas Maduro] tienne." 

Le chavisme, une "trahison des idéaux sociaux"

Pour Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place publique, un mouvement de gauche lancé par des personnalités de la société civile, la situation au Venezuela est "le résultat du régime de Maduro qui a mis son peuple dans la misère. Il y a deux millions de réfugiés, des centaines de milliers de personnes dans les rues, 26 morts par balles", a déclaré l'essayiste. "Malgré toute l'antipathie que j'éprouve à l'égard de Donald Trump et de Jair Bolsonaro, ce ne sont pas eux les responsables de la colère des Vénézuéliens. C'est une différence de fond que j'ai avec Jean-Luc Mélenchon", a-t-il poursuivi. 

Pour Raphaël Glucksmann, il faut "prendre en compte l'échec, le fiasco total du régime vénézuélien. Ce pays est assis sur une manne pétrolière absolument délirante et il fait crever de faim sa population. Même si on a pu, comme Jean-Luc Mélenchon, être inspiré par le chavisme [en référence à l'ancien président Hugo Chavez] au départ, il faut reconnaître ce qu'est devenu le chavisme : une trahison des idéaux sociaux".

L\'essayiste Raphaël Glucksmann, fondateur du mouvement Place publique, invité le 28 janvier 2019 de franceinfo.
L'essayiste Raphaël Glucksmann, fondateur du mouvement Place publique, invité le 28 janvier 2019 de franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)