Venezuela : Paris, Madrid et Berlin menacent de reconnaître l'opposant Juan Guaido comme président si des élections ne sont pas annoncées "d'ici 8 jours"

Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale du Venezuela, s'est autoproclamé "président" par intérim du pays après des manifestations contre Nicolas Maduro.

Le président de l\'Assemblée nationale vénézuélienne, et président autoproclamé du pays, Juan Guaido, lors d\'un meeting en plein air sur la place Bolivar de Caracas, le 25 janvier 2019.
Le président de l'Assemblée nationale vénézuélienne, et président autoproclamé du pays, Juan Guaido, lors d'un meeting en plein air sur la place Bolivar de Caracas, le 25 janvier 2019. (LOKMAN ILHAN / AFP)

Dans des messages simultanés, la France, l'Espagne et l'Allemagne ont adressé un ultimatum au président vénézuélien Nicolas Maduro, samedi 26 janvier, menaçant de reconnaître son opposant Juan Guaido comme chef de l'Etat du pays si des élections ne sont pas annoncées "d'ici 8 jours".

"Sans élections annoncées d’ici 8 jours, nous serons prêts à reconnaître Juan Guaido comme 'Président en charge' du Venezuela pour enclencher un processus politique", a déclaré Emmanuel Macron sur Twitter. Au même moment, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et la porte-parole du gouvernement allemand ont publié des messages similaires.

Récemment élu président de l'Assemblée nationale, contrôlée par l'opposition, Juan Guaido s'est autoproclamé "président" par intérim du Venezuela avec le soutien des États-Unis. Il a promis d'organiser des "élections libres".

Paris demande à Maduro d'éviter "toute répression"

La triple déclaration de la France, de l'Espagne et de l'Allemagne intervient alors que les Etats membres de l'UE ne sont pas parvenus, vendredi soir, à s'entendre sur une nouvelle "déclaration commune" appelant à la convocation rapide d'élections au Venezuela.

Finalement, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré samedi après-midi dans un communiqué que l'Union européenne prendrait "de nouvelles mesures" si des élections ne sont pas convoquées "dans les prochains jours", y compris en ce qui concerne "la reconnaissance du leadership" dans le pays.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir, samedi, pour évoquer la crise politique à Caracas.