Deux journalistes français de l'émission "Quotidien" ont été arrêtés au Venezuela

Pierre Caillet et Baptiste des Monstiers ont été interpellés alors qu'ils filmaient près du palais présidentiel de Miraflores, à Caracas.

Des opposants à Nicolas Maduro manifestent à Caracas (Venezuela), le 30 janvier 2019.
Des opposants à Nicolas Maduro manifestent à Caracas (Venezuela), le 30 janvier 2019. (YURI CORTEZ / AFP)

La crise politique se poursuit au Venezuela. C'est dans ce contexte que deux journalistes français de l'émission "Quotidien" de TMC ont été arrêtés, mardi 29 janvier, par les autorités vénézuéliennes. Pierre Caillet et Baptiste des Monstiers ont été interpellés alors qu'ils filmaient près du palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, la capitale du pays.

L'ambassade de France à Caracas a été prévenue et est mobilisée, a appris franceinfo de source diplomatique. Elle demande aux autorités vénézuéliennes la protection consulaire, conformément à la Convention de Vienne de 1863, notamment concernant le droit de visite.

"Deux journalistes français et leur producteur dans le pays, Rolando Rodriguez, sont détenus au palais de Miraflores depuis la mi-journée" mardi, alors qu'ils couvraient un rassemblement de soutien au président Nicolas Maduro, a dénoncé également le Syndicat national des travailleurs de la presse (SNTP). "Depuis, le contact a été perdu avec eux", a ajouté le SNTP, principal syndicat de journalistes au Venezuela.

Deux journalistes chiliens expulsés

Par ailleurs, deux journalistes chiliens également arrêtés mardi soir près du palais présidentiel ont été expulsés mercredi soir, a annoncé le SNTP. Rodrigo Pérez et Gonzalo Barahona travaillent tous deux pour la chaîne de télévision chilienne TVN.

Ils avaient été arrêtés par des membres de la sécurité présidentielle avec deux journalistes vénézuéliens. Ces derniers, Mayker Yriarte et Ana Rodriguez, de la chaîne de télévision numérique VPI, avaient été relâchés dans la matinée. Selon Mayker Yriarte, les autorités ont accusé les journalistes d'être entrés dans "une zone de sécurité" interdite d'accès.