Crise au Venezuela : les Etats-Unis s'attaquent au pétrole pour fragiliser Nicolas Maduro

Washington a annoncé de nouvelles sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA.

Nicolas Maduro s\'exprime depuis Caracas (Venezuela) le 7 janvier 2019.
Nicolas Maduro s'exprime depuis Caracas (Venezuela) le 7 janvier 2019. (MARCELO GARCIA / VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP)

Washington s'en prend au joyau du Venezuela. Les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA, lundi 28 janvier, dans un effort pour accentuer la pression sur le régime de Nicolas Maduro. Ce dernier accuse Washington d'agir en coulisses de ce qu'il considère comme un coup d'Etat, et a rompu les relations diplomatiques. Le Venezuela dispose des plus importantes réserves de brut au monde, même si sa production a fondu ces dernières années par manque d'entretien des installations.

Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, a parallèlement annoncé lundi, dans un communiqué diffusé sur Twitter, qu'il prenait le contrôle des actifs du Venezuela à l'étranger, pour éviter que Nicolas Maduro ne les dilapide au cas où il quitterait le pouvoir.

"Un chemin illégal", dénonce Maduro

PDVSA est accusée par le Trésor américain d'être "un véhicule de corruption". Les raffineries de Citgo, filiale de PDVSA aux Etats-Unis, pourront continuer à fonctionner, les transactions financières passant par un compte bloqué, a précisé le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Nicolas Maduro a répliqué lundi à la télévision d'Etat vénézuélienne, en déclarant avoir "donné des instructions précises au président de PDVSA pour engager les actions politiques, légales, devant les tribunaux américains et du monde, pour défendre la propriété et la richesse de Citgo". "Les Etats-Unis ont décidé aujourd'hui de prendre le chemin de voler l'entreprise Citgo au Venezuela, c'est un chemin illégal", a-t-il encore dénoncé lors d'une cérémonie pour accueillir les diplomates vénézuéliens de retour au pays après la rupture des relations diplomatiques entre Caracas et Washington.