Cet article date de plus de deux ans.

Visite du pape en Irak : une visite historique, mais à haut risque

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Visite du pape en Irak : une visite historique, mais à haut risque -
Visite du pape en Irak : une visite historique, mais à haut risque Visite du pape en Irak : une visite historique, mais à haut risque - (France 3)
Article rédigé par France 3 - A.Mikoczy
France Télévisions
France 3

Le pape François est arrivé en Irak vendredi 5 mars, faisant la joie des chrétiens d’Orient. La visite, à haut risque, reste placée sous haute surveillance.

La visite en Irak du souverain pontife est lourde d’enjeux. “Une personne d’une communauté chrétienne nous a dit aujourd’hui ‘C’est merveilleux, ce voyage. Jusqu’au dernier moment, on a pensé que le pape ne pourrait pas venir !’”, raconte le journaliste France Télévisions Alban Mikoczy, en duplex depuis Bagdad (Irak). “Pensez qu’il y a cinq ans, ici, l’Etat islamique occupait la moitié du pays. Et il avait mis la tête du pape à prix."

Un signe d’espoir

Ce vendredi 5 mars, le pape François est effectivement en Irak. “Mais il ne faut plus idéaliser la situation”, met en garde le journaliste Alban Mikoczy. “Celle des chrétiens en Irak, elle est difficile. Il reste 500 000 chrétiens. Il y en avait 1,5 million il y a une quinzaine d'années", poursuit-il. Il s'agit donc d'une minorité dans le pays. “C’est une minorité qui a beaucoup souffert. Les Églises ont été endommagées, les chrétiens ont été souvent attaqués, mais ils vivent ce voyage comme un signe d’espoir.”

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.