VIDEO. "La dégradation de Benoît XVI n’est pas physique mais morale"

Caroline Pigozzi, journaliste à "Paris Match"  et spécialiste du Vatican, raconte à francetv info que la "sortie" du pape s'explique par une crise psychologique.

Hervé Brusini et Hervé Pozzo

Cela fait plusieurs années qu'elle explore les 44 hectares de la cité du Vatican. Dans le bureau de Caroline Pigozzi, journaliste à Paris Match, se trouve un objet de fierté : le repose-tête que Benoît XVI utilisait pour ses voyages en avion (et que l'on aperçoit derrière elle dans notre interview). La curie romaine n'a que peu de secret pour elle qui vient d'écrire Le Vatican indiscret aux éditions Plon.

Comme tout le monde, elle a appris lundi 11 février la décision du pape de renoncer à sa fonction. Mais à la différence de bon nombre, dans ce même livre, elle laissait entendre que Joseph Ratzinger pourrait démissionner et que cela serait un acte de panache. Dont acte. Elle qui a enquêté sur les révolutions de palais, les affaires financières, les contradictions à huis clos, les pressions en tous genres dans le Vatican, raconte à francetv info que la "sortie" du pape s'explique par une crise psychologique.

Le pape Benoît XVI quitte la place Saint-Pierre, le 28 avril 2010, après son audience hebdomadaire au Vatican.
Le pape Benoît XVI quitte la place Saint-Pierre, le 28 avril 2010, après son audience hebdomadaire au Vatican. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)