Cet article date de plus de quatre ans.

Le pape François veut accueillir des réfugiés de Lesbos au Vatican

En visite sur l'île grecque de Lesbos, le souverain pontife a dit sa volonté d'héberger au Vatican trois familles de réfugiés, selon la télévision publique ERT.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pape François et le patriarche de Constantinople Bartholomée, à Lesbos (Grèce), le 16 avril 2016.  (ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS)

Le pape François souhaite ramener des réfugiés au Vatican. C'est ce qu'a affirmé le souverain pontife, samedi 16 avril, lors de sa visite sur l'île grecque de Lesbos, l'une des principales portes d'entrée des migrants en Europe. Selon la télévision publique ERT, il s'agit de trois familles hébergées au camp ouvert de Kara Tepe et qui ont été tirées au sort.

"La pire catastrophe humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale"

Le pape veut ramener ces réfugiés, une dizaine au total, à bord de son avion, lors de son départ dans l'après-midi de Lesbos, explique l'agence Ana. L'organe grec de coordination de la politique migratoire n'a toutefois pas confirmé ces modalités.

Avant même son arrivé sur l'île, le chef de l'Eglise catholique a répété l'urgence que nécessite la situation des migrants en Europe. Dans son avion, il a évoqué "un voyage marqué par la tristesse. Nous allons rencontrer la pire catastrophe humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale."

Le pape accueilli par Alexis Tsipras

L'avion du pontife a atterri à l'aéroport de Mytilène (Grèce), le chef-lieu de l'île. Sur le tarmac, il était attendu par le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Pour ce déplacement très symbolique, le pape François est accompagné du chef spirituel de l'Eglise orthodoxe, le patriarche de Constantinople Bartholomée, et de Hiéronyme II, le chef de l'Eglise orthodoxe grecque. Ils devraient rester quelques heures sur l'île.

Les trois dignitaires visiteront le camp de Moria, où sont détenus plus de 3000 réfugiés depuis l'entrée en vigueur de l'accord conclu le 18 mars entre l'Union européenne et la Turquie. Censé endiguer l'afflux de réfugiés vers l'Union européenne, il prévoit que les personnes arrivées illégalement sur les îles grecques de la mer Egée seront renvoyés en Turquie si leur demande d'asile est rejetée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.