Neuf questions que vous n'osez pas poser sur la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII

Les deux papes deviennent des saints, dimanche, à Rome. C'est un événement planétaire pour les catholiques. Francetv info s'est posé des questions plus ou moins bêtes à ce sujet.

Statue du pape Jean-Paul II, à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, le 2 avril 2014.
Statue du pape Jean-Paul II, à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, le 2 avril 2014. (KACPER PEMPEL / REUTERS)

L'évènement risque d'attirer plus de catholiques sur la place Saint-Pierre que les célébrations de Pâques. Pour la première fois de l'histoire, deux papes sont canonisés le même jour, dimanche 27 avril, au Vatican, en présence de deux papes vivants : le pape François, qui préside la cérémonie, accompagné de son prédécesseur Benoît XVI.

Quelque 150 cardinaux, un millier d'évêques, 6 000 prêtres, 93 délégations officielles, parmi lesquelles 24 chefs d'Etat et têtes couronnées, mais surtout des centaines de milliers de pèlerins sont attendus dans la cité papale pour l'occasion. De quoi piquer la curiosité de francetv info, qui avant de suivre l'événement en direct, répond à quelques questions pas si bêtes.

1Jean-Paul II, je vois, mais qui est Jean XXIII ?

Il reste dans la mémoire des catholiques comme le "bon pape" (il papa buono). Né à Bergame, dans le nord de l'Italie en 1881, Angelo Roncalli est devenu Jean XXIII en 1958. Contrairement à Jean-Paul II, il ne voyage pas pendant son pontificat, qui ne dure que 4 ans. Cela ne l'empêche pas d'être perçu comme un fin diplomate. Mais surtout comme un curé chaleureux et plein d'humour. Il marque ainsi une vraie rupture avec son prédécesseur, le très sec Pie XII.

A son élection, il est censé n'être qu'un "pape de transition", rappelle La Croix. Finalement, il révolutionne l'Eglise avec le concile Vatican II, qui instaure la messe en langue vernaculaire, la reconnaissance du "peuple de Dieu" (le fait que l'Eglise n'appartienne pas seulement au clergé), de la liberté de conscience et de religion ou encore le dialogue avec les autres religions. Angelo Roncalli meurt en 1963, quelques mois après avoir lancé un appel à la paix aux grandes puissances engagées dans la crise des missiles cubains. "Il a laissé dans le souvenir de tous l'image de deux bras ouverts pour embrasser le monde entier", dit de lui Jean-Paul II lorsqu'il le béatifie, en 2000.

Le pape Jean XXIII rend visite aux malades, dans un hôpital d\'enfants, près du Vatican, le 25 décembre 1962.
Le pape Jean XXIII rend visite aux malades, dans un hôpital d'enfants, près du Vatican, le 25 décembre 1962. (ANSA / AFP)

2En fait, je veux bien un rappel sur Jean-Paul II aussi...

Le Polonais Karol Wojtyla, dit Jean-Paul II, règne presque 27 ans. Charismatique, sa vie ressemble à un roman et son pontificat à un marathon. Né le 18 mai 1920 dans le sud de la Pologne, orphelin de mère à l'âge de neuf ans, élevé par un père officier, il grandit sous l'occupation nazie. Trois ans après son élection à la tête de l'Eglise catholique en 1978, le premier pape slave échappe à un attentat, place Saint-Pierre, se souvient La Croix. Il sort de l'épreuve plus populaire que jamais.

Polyglotte, philosophe, Jean-Paul II multiplie les contacts avec la foule, voyage de la brousse africaine à Manhattan. Le pape superstar marque les esprits en lançant les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), qui rassemblent des millions de jeunes catholiques. En parallèle, il renforce la ligne conservatrice de l'Eglise. Il condamne la contraception et le préservatif, au moment où le Sida explose, ce qui lui vaut de très vives critiques, tout comme son inaction face aux abus des prêtres pédophiles. Le monde entier suit la dégradation de son état de santé due à la maladie de Parkinson, jusqu'à son agonie, en 2005. Lors de ses funérailles, le public hurle "santo subito" : "Canonisez-le tout de suite."

3Qu'est ce que ça veut dire "canoniser" ?

Aucun lien avec les canons militaires, ni avec l'homme-canon du cirque. Le canon, ici, est le catalogue des saints de l'Eglise. Lorsqu'un pape canonise une personne, il en fait un saint (ou une sainte) et ajoute son nom à une liste déjà longue, d'au moins 10 000 saints (mais personne n'en connaît le nombre exact). Ces saints servent à l'Eglise de modèles de vertu, dont les chrétiens catholiques sont invités à suivre l'exemple.

La canonisation est le fruit d'un long "procès", très bien décrit par RTL.fr. On devient "serviteur de Dieu", puis "vénérable", avant d'être "bienheureux" et enfin "saint". Les enquêtes, qui peuvent durer des années doivent déterminer la "réputation de sainteté" en prouvant notamment "l'héroïcité des vertus" du candidat. 

Un délai de cinq ans après la mort est requis, pour ne pas confondre "réputation de sainteté" et enthousiasme populaire passager. Mais le pape peut s'en dispenser, comme ce fut le cas pour Mère Teresa et Jean-Paul II, au motif que leur réputation de sainteté ne faisait aucun doute.

4Il ne faut pas avoir accompli un ou deux miracles ?

Si, un miracle pour être béatifié, deux pour être canonisé. En théorie, au moins. Souvent, il s'agit d'une guérison physique, inexplicable en l'état actuel de la science et liée à l'"intercession" du défunt, lorsqu'une prière lui a été adressée, par exemple, juste après sa mort. Le second miracle doit intervenir après la béatification pour être validé.

Voir la vidéo
RENAUD BERNARD / FRANCE 2

La guérison qui a ouvert la voie à la béatification de Jean XXIII a eu lieu le 25 mai 1966. Une religieuse italienne, sœur Caterina Capitani, considérée comme mourante par les médecins, après l'ablation d'une tumeur à l'estomac, a soudainement guéri, après avoir prié pour le pape défunt. Aucun autre miracle n'est attribué à Jean XXIII, qui bénéficie pour sa canonisation d'une procédure simplifiée, décidée par le pape François.

Jean-Paul II a été béatifié après la reconnaissance de la guérison complète, dans la nuit du 2 au 3 juin 2005, de la sœur française Marie Simon Pierre, malade de Parkinson. Elle aurait tenté d'écrire le nom du pape une première fois, de manière illisible à cause de sa maladie, puis aurait recommencé le lendemain, cette fois avec succès. Le Vatican estime que Jean-Paul II est aussi à l'origine de la guérison, le 1er mai 2011, au soir de sa béatification, de Floribeth Mora, Costaricienne atteinte d'un anévrisme cérébral.

5Pourquoi les canoniser le même jour ?

Pour faire des économies d'abord. Cela peut paraître simpliste, mais le pape François a promis une Eglise plus modeste et des dépenses limitées, au risque de vexer certains croyants. Beaucoup d'admirateurs du pape polonais regrettent que leur héros n'ait pas droit à une grande fête, juste pour lui. François a déjà fait l'éloge de Jean-Paul II, mais a cherché, dans la double canonisation, à tempérer les excès du culte de la personnalité qui entoure celui-ci.

En canonisant les deux papes le même jour, François montre aussi un sens politique aigu. Alors que Jean-Paul II incarnait l'aile très conservatrice de l'Eglise, Jean XXIII montrait de la bienveillance pour la société contemporaine. Deux mentalités, deux époques. Le pape tente ainsi de réconcilier deux lectures différentes du monde et deux manières d'être pape : le charisme et la puissance de Jean-Paul II face à la simplicité de Jean XXIII.

6Donc, dimanche, on leur pose une auréole ?

Non, ce dimanche est surtout une longue journée de prières pour les chrétiens. Dès le samedi soir, des veillées, des lectures de textes de Jean-Paul II et Jean XXIII sont prévues dans les églises de Rome, tandis que la place Saint-Pierre est fermée. Elle ouvre à 5h30, pour accueillir les centaines de milliers de pèlerins venus assister à cette cérémonie historique.

Sur la façade de la basilique Saint-Pierre sont déployés des portraits géants des deux bienheureux. De chaque côté de l'autel, leurs reliques sont exposées : un petit morceau de peau de Jean XXIII et quelques gouttes de sang de Jean-Paul II. Le pape François arrive à 10 heures avec les cardinaux. Celui qui dirige la Congrégation des saints demande trois fois au pontife de canoniser Jean XXIII et Jean-Paul II. "Les deux premières sont suivies de prières et de formules diverses. A la troisième, le pape accepte et proclame les nouveaux saints", détaille Philippe Harrouard, consultant de France 2 pour les questions de religion. Ensuite se déroule une messe classique, celle du deuxième dimanche de Pâques.

7Y aura-t-il une saint Jean-Paul II et une saint Jean XXIII dans le calendrier ?

Tous les saints ont leur jour, mais le canon en compte au moins 10 000. Par conséquent, la plupart sont invisibles. Pour les deux papes, les dates sont déjà fixées et connues. Jean XXIII sera fêté le 11 octobre, qui correspond au jour de l'ouverture du concile Vatican II, en 1962. La saint Jean-Paul II suivra quelques jours plus tard, le 22 octobre, date de la messe inaugurale de son pontificat (en 1978). A ces dates, des messes seront célébrées pour eux. "Des églises pourront aussi porter leur nom et des pèlerinages seront probablement organisés", précise Philippe Harrouard.

8Moi aussi, je peux devenir un saint ?

La science progressant, les miracles deviennent difficiles à prouver. Les médecins parlent d'ailleurs de "guérisons" et certains religieux préfèrent le terme de "signes". Il n'est donc plus absolument indispensable d'accomplir des miracles pour être canonisé. Mais, il faut au minimum être un catholique très pratiquant et dédier sa vie à Dieu. Car des croyants, ni prêtre, ni religieux, peuvent être canonisés, même s'ils sont très rares.

L'"héroïcité des vertus", la "réputation de sainteté" ne signifient pas que les hommes et les femmes n'ont pas droit à l'erreur. Le silence de Jean-Paul II concernant les prêtres pédophiles suscite la controverse. Celui de Pie XII (pape de 1939 à 1958) face au nazisme et à l'Holocauste est plus embarrassant pour l'Eglise, qui a fini par ouvrir son procès en béatification en 2009 mais attend l'ouverture des archives complètes de son pontificat, qui peut prendre encore des années.

Sont aussi canonisés certains martyrs, des hommes et des femmes morts pour leur foi. Mais ne vous y trompez pas, la doctrine chrétienne condamne le suicide, donc les kamikazes. Inutile de chercher à mourir en martyr, l'Evangile selon Matthieu précise : "Si l’on vous persécute dans une ville, fuyez dans une autre."

9J'ai la flemme de tout lire :) Vous me faites un résumé ?

Dimanche, le "bon pape" Jean XXIII  et le pape superstar Jean-Paul II deviennent des saints. Le premier a bouleversé l'Eglise en lançant le concile Vatican II. Le second a remobilisé les jeunes catholiques en créant les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). C'est la première fois que deux papes sont canonisés le même jour, en présence de deux papes vivants, François et Benoît XVI. Symboliquement, cet évènement rassemble ainsi deux visions différentes de l'Eglise, le conservatisme de Jean-Paul II et le réformisme de Jean XXIII.