Venezuela : Maduro peut-il être renversé ?

Renée Fregosi, politologue, directrice de recherche en science politique à Paris 3 et spécialiste de l'Amérique latine, est l'invitée du Soir 3 pour évoquer la crise au Venezuela.

France 3

À la question de savoir si Nicolas Maduro est en sursis à la tête du Venezuela, Renée Fregosi, politologue, directrice de recherche en science politique à Paris 3 et spécialiste de l'Amérique latine, juge cela "probable". "Il a toujours des soutiens très puissants. Cuba d'abord, la Russie, la Chine, l'Iran. Il s'accroche au pouvoir", analyse-t-elle, précisant qu'il n'a pas le soutien de toute l'armée. "Il y a des dissensions très fortes au sein de l'armée. Il y a eu des militaires qui se sont prononcés en faveur de la population et en fait de la majorité électorale", ajoute-t-elle. Elle affirme au passage qu'il "n'y a pas d'élection libre au Venezuela".

"Ce n'est pas un coup d'État"

"L'opposition est unie, va du centre-droit jusqu'à la gauche. Mais le bloc majoritaire dans l'opposition est un bloc social-démocrate, formé par trois partis membres de l'Internationale socialiste", explique Renée Fregosi, affirmant que Juan Guaido, chef de file de l'opposition, est soutenu par "une partie très importante de la population". "Il ne s'est pas autoproclamé président. Il l'a fait sans contrevenir à la constitution. Il le fait car Maduro est un président illégitime", affirme la politologue. "La crise actuelle dure depuis au moins trois ans. Le pays est dans une crise humanitaire gravissime. Plus de 3 millions de Vénézuéliens, soit 10% de la population, ont émigré", analyse-t-elle, concluant : "Tout ce que demande l'opposition, ce sont des élections libres qui permettront une transition à la démocratie. Ce n'est pas un coup d'État."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants opposés à Nicolas Maduro, le 23 janvier 2019, à Caracas (Venezuela).
Des manifestants opposés à Nicolas Maduro, le 23 janvier 2019, à Caracas (Venezuela). (FEDERICO PARRA / AFP)