Cet article date de plus de cinq ans.

Un second coffre-fort découvert dans l'ancienne maison du baron de la drogue Pablo Escobar

Le propriétaire français de la demeure, à Miami, avait déjà retrouvé un premier coffre il y a dix jours, mais celui-ci avait aussitôt été volé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'homme d'affaire français Christian de Berdouare devant une villa ayant appartenue au narcotrafiquant Pablo Escobar, le 13 janvier 2016 à Miami (Floride, Etats-Unis). (DIEGO URDANETA / AFP)

La maison du mythique baron de la drogue Pablo Escobar, à Miami (Floride, Etats-Unis) n'en finit pas de réserver des surprises. Un ouvrier a découvert un coffre-fort sur le chantier de la demeure, lundi 25 janvier. Dix jours plus tôt, un premier coffre avait été retrouvé, mais celui-ci avait aussitôt été volé, assure le propriétaire de la maison, l'homme d'affaire français Christan de Berdouaré, qui a fait fortune avec une chaîne de restauration rapide à base de poulet.

"Cette fois, Pablito est mon meilleur ami"

"Un morceau des décombres a heurté le sol et le coffre a roulé" a expliqué - cité par le Parisien - l'ouvrier qui a découvert le second coffre alors qu'il déblayait un pan de mur. Il pèse 272 kilos, et "pourrait contenir de l’or et des diamants", explique l'heureux propriétaire. "Cette fois, Pablito est mon meilleur ami". Mais il ne dévoilera son contenu que dans un documentaire qu'il prépare sur l'histoire de la maison.

Le propriétaire fait détruir la demeure pierre par pierre pour en découvrir les trésors. Un autre coffre avait été découvert, mais il a disparu, assure le Français. "Ce sont les ouvriers qui m'ont appelé, me demandant ce que j'avais fait du coffre. (...) Je leur ai répondu : 'Quel coffre ?'", raconte-t-il au Parisien. "Je n'étais pas au courant, et eux étaient persuadés que je l'étais..."

Une fois la maison détruite, des chercheurs de trésors partiront en quête d'éventuelles caches sur le terrain. Christian de Berdouaré a promis de reverser le butin à des oeuvres caritatives.

Achetée en 1980 par Pablo Escobar, même s'il n'y a jamais vécu, cette villa avait été saisie par l'Etat américain en 1987, et revendue aux enchères. Le narco-trafiquant, un des plus importants des années 80, a été tué en 1993.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.