Cet article date de plus d'un an.

Après le "ballon chinois", les incidents se multiplient dans le ciel nord-américain

Un avion de combat américain a abattu dimanche un nouvel objet non identifié à la frontière avec le Canada.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Un paysage du Yukon, au Canada, le 12 avril 2019. (MARK RALSTON / AFP)

Nouvel incident au-dessus de l'Amérique du Nord. Un avion de combat américain a abattu, dimanche 12 février, "un objet non identifié" au-dessus du lac Huron, à la frontière avec le Canada. Ce nouvel épisode dans le ciel nord-américain vient s'ajouter à plusieurs autres incursions ces derniers jours. Franceinfo fait le point.

Un nouvel appareil abattu au-dessus du lac Huron

Cet objet, le quatrième en un peu plus d'une semaine, "a été abattu par des pilotes de l'US Air Force et la Garde nationale", a tweeté la représentante démocrate du Michigan Elissa Slotkin, tandis que son collègue Jack Bergman parle d'un "objet (...) mis hors service au-dessus du lac Huron".

Plusieurs élus américains ont réclamé plus de transparence au gouvernement sur la nature exacte de ces mystérieux objets. La communication de l'armée est jusqu'à présent des plus laconiques.

Un "appareil cylindrique" d'origine inconnue

La veille, un autre engin a été abattu par un F-22 américain. L'objet volait à plus de 12 000 m d'altitude, selon la ministre de la Défense canadienne, Anita Anand. Il était "entré illégalement dans l'espace aérien canadien et constituait une menace [possible] pour la sécurité des vols civils", a-t-elle ajouté face à la presse.

L'objet a été abattu à "environ 100 miles [160 km] de la frontière canado-américaine" vers 21h40 (heure française), au-dessus du Yukon, a-t-elle encore précisé, décrivant devant la presse un "appareil cylindrique", plus petit que le ballon détruit en Caroline du Nord la semaine dernière.

"Pour l'instant, nous continuons les analyses de l'objet, donc il ne serait pas prudent de ma part de spéculer sur son origine", a continué Anita Anand, avant de remercier le Pentagone et les membres des armées canadienne et américaine pour leur collaboration.

Une "anomalie radar"

Samedi soir également, un avion de combat a été dépêché pour enquêter sur une "anomalie radar" au-dessus de l'Etat américain du Montana, a fait savoir l'armée américaine. "Cet avion n'a identifié aucun objet [permettant] de corréler les échos radars", selon le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) et le Commandement américain du Nord, qui disent continuer "à surveiller la situation". L'espace aérien de ce territoire du nord-ouest des Etats-Unis avait été temporairement fermé "pour soutenir les opérations du Département de la défense". "L'espace aérien a été rouvert", a fait savoir dans la soirée le régulateur américain de l'aviation civile (FAA).

Un objet volant "de la taille d'une petite voiture"

Vendredi, les autorités américaines ont aussi abattu un autre objet volant "de la taille d'une petite voiture" au-dessus du Yukon, un territoire du nord-ouest du Canada frontalier de l'Alaska. Ce dernier représentait "une menace pour la sécurité du trafic aérien", a déclaré John Kirby, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. 

Les opérations de recherche et de récupération des restes de cet objet détruit vendredi se sont poursuivies samedi, mais ont été entravées par "le refroidissement de l'air de l'Arctique, la neige et la lumière du jour limitée", a précisé le commandement américain du Nord dans un communiqué. Le Pentagone ne peut fournir "aucun autre détail sur l'objet, y compris ses capacités, son but ou son origine", peut-on lire. 

Le "ballon espion chinois"

Ces incidents surviennent une semaine après la destruction par Washington d' un ballon appartenant à la Chine et qualifié par Pékin d'aéronef "civil utilisé à des fins de recherches, principalement météorologiques". Celui-ci aurait  "dévié de sa trajectoire" , avait justifié un porte-parole de la diplomatie chinoise, en exprimant les  "regrets"  de son pays pour cette violation  "involontaire"  de l'espace aérien américain. Or, des images capturées par des avions militaires américains montrent que le ballon, de la taille de "trois autobus", était équipé d'outils d'espionnage et non destinés à la météo.

Selon des responsables du Pentagone, le ballon avait pénétré dans l'espace aérien américain une première fois le 28 janvier au-dessus de l'Alaska, avant d'entrer au Canada le 30 janvier, puis de retourner dans le ciel américain, au niveau de l'Idaho, dans le nord-ouest du pays, mardi 31 janvier. Ce ballon a notamment volé au-dessus de l'Etat du Montana, qui abrite des silos de missiles nucléaires, avant d'être abattu au-dessus de l'Atlantique.

Les autorités américaines s'affairent toujours à récolter les débris du ballon dans l'océan, près des côtes de Caroline du Sud.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.