Un élève ouvre le feu dans un lycée américain : deux morts, 19 blessés

L'élève a été arrêté par la police et placé en garde à vue. Il s'agirait d'un lycéen, âgé de 15 ans.

Une fusillade dans un lycée de Benton, dans le Kentucky (Etats-Unis), a fait deux morts et une vingtaine de blessés, mardi 23 janvier 2018. 
Une fusillade dans un lycée de Benton, dans le Kentucky (Etats-Unis), a fait deux morts et une vingtaine de blessés, mardi 23 janvier 2018.  (GOOGLE MAPS)

C'est une nouvelle fusillade en milieu scolaire qui endeuille les Etats-Unis. Un élève a ouvert le feu, mardi 23 janvier, dans un lycée de l'Etat du Kentucky, tuant deux adolescents et faisant une vingtaine de blessés, avant d'être arrêté. "Il y a 19 personnes prises en charge pour des blessures, parmi lesquelles 14 qui ont été blessées par balle", a déclaré Matt Bevin, le gouverneur de cet Etat situé à l'ouest des Appalaches.

Les tirs ont éclaté à l'heure du début des classes au lycée de Marshall County, dans la petite ville de Benton. Un endroit où, selon Matt Bevin, il était "inconcevable" d'imaginer une telle "tragédie immense". Une élève de 15 ans est morte sur place. Un autre lycéen, également âgé de 15 ans, a été mortellement touché et est décédé à l'hôpital, a ajouté le gouverneur, en précisant que toutes les victimes étaient a priori scolarisées dans l'établissement.

Plusieurs des blessés ont été évacués par hélicoptère. Le tireur présumé a été arrêté par un agent du shérif puis placé en garde à vue. Il s'agirait d'un élève du lycée, également âgé de 15 ans.

"Pourquoi laissons-nous cette terreur se poursuivre ?"

Les médias locaux ont rapporté des scènes de panique, les élèves se précipitant hors du lycée tandis que des parents en pleurs tentaient d'avoir des nouvelles de leurs enfants.

Lundi, une adolescente de 15 ans avait été blessée par balle dans la cantine de son lycée du Texas. Les Etats-Unis enregistrent en moyenne une fusillade en milieu scolaire par semaine, selon des associations.

"Nos écoles de notre nation devraient être les endroits les plus sûrs pour notre population. Pourquoi laissons-nous cette terreur se poursuivre ?", a questionné mardi dans un communiqué (en anglais) Gabby Giffords, une élue victime d'une fusillade en 2011 en Arizona qui l'a laissée handicapée.