Cet article date de plus d'un an.

Un an de guerre en Ukraine : Aux États-Unis, le consensus politique s'effrite autour du soutien "inébranlable" à Kiev

De plus en plus de voix chez les Républicains s'élèvent contre l'aide de plusieurs dizaines milliards de dollars fournie à l'Ukraine depuis le début de la guerre.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et les président américain Joe Biden, à Kiev en Ukraine, le 20 février 2023. (UKRAINIAN PRESIDENT PRESS OFFICE / MAXPPP)

Une facture colossale de près de 100 milliards de dollars. C'est le montant des aides militaires, économiques et humanitaires promises depuis un an par les États-Unis à l'Ukraine. Lundi 20 février à Kiev, Joe Biden répétait cette formule consacrée : Nous serons à vos côtés "aussi longtemps que nécessaire". À Kiev comme à Varsovie,  le Président américain a encore réaffirmé, cette semaine, le soutien "inébranlable" de Washington à l'égard des Ukrainiens. En aura-t-il, toutefois, indéfiniment les moyens ?

Les Républicains contrôlent désormais une partie du Congrès. Et parmi eux, certains Trumpistes ne l'entendent pas de cette oreille. "Je travaillerai avec n’importe qui, pour que nous arrêtions d'envoyer de l’argent à l’Ukraine, lance Matt Gaetz, élu Républicain à la Chambre des représentants. Comment cela peut-il être plus important qui ce qui arrive ici ?" Le leader de la Chambre lui-même, Kevin McCarthy a assuré ne plus vouloir signer de "chèque en blanc" à Kiev. 

Le consensus politique s'effrite mais il n'est pas encore menacé assure l'administration Biden. "À chaque fois que le secrétaire d'État en parle avec des élus de la Chambre ou du Sénat, ce qu'il constate, c'est un soutien bipartisan et assourdissant pour continuer à aider notre allié ukrainien", assure Vedant Patel, porte-parole du département d'État.

"Le président Biden a été clair : nous serons aux côtés de l'Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra."

Vedant Patel, porte-parole démocrate au département d'État

Pas d'inquiétude pour l'instant. À condition que l'opinion ne se retourne pas. D'ailleurs la Maison Blanche ne semble pas s'en faire. "Les Américains comprennent ce pour quoi nous nous battons, poursuit Vedant Patel. La démocratie, la liberté, voilà qui nous sommes !"

Les États-Unis dépensent trop pour l'Ukraine, selon 40% des Républicains

Ce n'est pourtant pas ce qu'observe Carroll Doherty, chercheur en Sciences Politiques au Pew Center de Washington. "Parmi les Républicains en particulier, on observe cette tendance grandissante à estimer que les États-Unis dépensent trop pour l'Ukraine", affirme-t-il. "9% des Républicains pensaient cela il y a un an, ils sont 40% aujourd'hui."

"Non pas qu'il y ait un gros retour de flamme dans l'opinion, mais ces prochains mois, notamment parce qu'il y a un important débat autour des dépenses du gouvernement fédéral, prévient-t-il, nous pourrions voir de plus en plus d'Américains se demander 'quand est-ce que tout cela va se terminer ?'" Selon lui,  "Beaucoup de gens ne voient pas comment cette guerre pourrait se finir."

En d'autres termes, le statu quo au Capitole autour de l'aide fournie à Kiev pourrait finir par vaciller faute de soutien populaire. Avec les 45 milliards de dollars débloqués en décembre, la Maison Blanche pourra s'en inquiéter plus tard. 

Le consensus sur le soutien à l'Ukraine s'effrite aux États-Unis : le reportage de la rédaction internationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.