Trump suspend le programme d’accueil de réfugiés et place 7 pays en liste rouge

Donald Trump tient ses promesses de campagne. Cette fois, c'est sur la protection du territoire contre la menace terroriste qu'il a signé deux décrets. L'un interdit l'accès aux citoyens de sept pays arabes, l'autre met en pause l'accueil de réfugiés de pays en guerre.

Trump annonce la suspension du programme d\'accueil des réfugiés le 27 janvier 2017 dans les locaux du Pentagone à Washington.
Trump annonce la suspension du programme d'accueil des réfugiés le 27 janvier 2017 dans les locaux du Pentagone à Washington. (Carlos Barria/Reuters)

Les ressortissants de sept pays sont désormais persona non grata aux Etats-Unis. Ainsi en a décidé le nouveau président Donald Trump en fermant temporairement l’accès de son pays aux citoyens de Syrie, de l’Irak, de la Libye, de la Somalie, du Soudan et du Yemen. Objectif affirmé par Donald Trump, «maintenir les terroristes islamistes radicaux hors des Etats-Unis d'Amérique».  
 
Il a annoncé que de nouvelles mesures de contrôle seraient mises sur pied, sans préciser lesquelles. «Nous voulons être sûrs que nous ne laissons pas entrer dans notre pays les mêmes menaces que celles que nos soldats combattent à l'étranger.»
Dans le même temps le président annonce que priorité sera donnée aux réfugiés chrétiens de Syrie.
 
Washington va également arrêter pendant quatre mois le programme d’accueil des réfugiés de pays en guerre. Pour l’année 2016, l’administration américaine avait admis près de 85.000 réfugiés, dont 10.000 Syriens. Elle s’était donné pour objectif d’accueillir 110.000 réfugiés en 2017, un chiffre ramené à 50.000 par l’administration Trump. Ce programme date de 1980 et n’a été interrompu qu’une fois, après les attentats du 11 septembre 2001.
 
Réactions indignées
Les murs qui se dressent, les barrières qui se ferment, partout dans le monde, les réactions aux premières mesures de Donald Trump se multiplient.
La plus symbolique est surement celle de la jeune Pakistanaise Malala Yousafzaï, cible des fondamentalistes talibans et prix Nobel de la paix en 2014. Elle a déclaré avoir «le coeur brisé de voir l'Amérique tourner le dos à son fier passé d'accueil de réfugiés et de migrants».
Malala Yousafzaï au Parlement européen de Strasbourg, le 20 novembre 2013.
Malala Yousafzaï au Parlement européen de Strasbourg, le 20 novembre 2013. (PATRICK HERTZOG / AFP)
 
Onze autres prix Nobel et des universitaires renommés ont également lancé une pétition réclamant la reprise de l’accueil des visiteurs des sept pays visés. «Une épreuve injustifiée pour des gens qui sont nos étudiants, nos collègues, nos amis et des membres de notre communauté.»
 
Deux ONG, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut commissariat de l’Onu pour les réfugiés (HCR), ont appelé Donald Trump à maintenir l’accueil aux Etats-Unis. «Les besoins des réfugiés et des migrants à travers le monde n'ont jamais été aussi grands et le programme américain de réinstallation est l'un des plus importants du monde», écrivent les deux ONG dans un communiqué commun.
 
Même le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, s’en est indigné sur sa page, rappelant que les Etats-Unis sont un pays de migrants, à commencer par sa famille.

[[asset:free_html:44347 {"mode":"full","align":"none"}]]
Conséquences
Selon A. Ayoub, directeur juridique du Comité arabo-américain contre les discriminations, les conséquences sont immédiates. Ces mesures frappent notamment des Arabo-Américains dont des proches étaient en route pour une visite aux Etats-Unis. Le regroupement de familles séparées par la guerre va aussi devenir impossible.