Présidentielle américaine : l'ex-maire de New York Michael Bloomberg envisage de se lancer dans la course

Il craint que Joe Biden, candidat démocrate centriste, ne se fasse rattraper par Bernie Sanders et Elizabeth Warren. 

Michael Bloomberg, milliardaire et philantrope, le 24 juillet 2019. 
Michael Bloomberg, milliardaire et philantrope, le 24 juillet 2019.  (JEFF KOWALSKY / AFP)

A trois mois des premières primaires pour la présidentielle 2020, le milliardaire Michael Bloomberg n'exclut plus de briguer l'investiture démocrate, ont annoncé plusieurs médias américains jeudi 7 novembre. L'ancien maire de New York serait inquiet de voir Joe Biden rattrapé par les candidats pourfendeurs de Wall Street, Bernie Sanders et Elizabeth Warren, bien qu'il ait annoncé officiellement en mars qu'il ne se présenterait pas au profit de l'ex-vice-président centriste. 

Mais selon des sources proches de l'homme d'affaires, citées notamment par le New York Times et CNN, il rassemble désormais les signatures nécessaires au dépôt de sa candidature dans l'Etat de l'Alabama (sud), qui requiert des candidats qu'ils s'enregistrent au plus tard ce vendredi.

"Il pense que Biden est faible et que Sanders et Warren ne peuvent pas gagner", a indiqué une source proche de Michael Bloomberg, citée par le New York Post. L'homme d'affaires de 77 ans, qui s'est revendiqué indépendant et républicain par le passé, n'a jamais caché son opposition aux mesures prônées par Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Les deux sénateurs mènent campagne très à gauche, dénonçant notamment un système "corrompu" par Wall Street, les milliardaires et les grandes entreprises. 

Une décision attendue, mais pas arrêtée 

Le 9e homme le plus riche du monde selon le magazine Forbes a déjà envisagé de se présenter comme indépendant lors de la présidentielle 2016, avant d'abandonner, de peur de diviser les démocrates face à Donald Trump. Il n'a pour le moment pas officiellement confirmé les informations concernant son enregistrement dans l'Alabama. Plusieurs sources citées par les médias américains soulignaient qu'il n'avait pas encore arrêté sa décision."Il faut achever le travail et nous assurer que Trump sera battu, mais Mike craint de plus en plus que le groupe actuel de candidats ne soit pas en bonne position pour y arriver", a simplement indiqué Howard Wolfson, conseiller de M. Bloomberg, dans un communiqué. Etant donné ses réussites, son leadership et sa capacité à rassembler en faveur du changement, Mike pourrait engager le combat face à Trump et gagner."

Même si la décision n'est pas encore prise, les hésitations de Michael Bloomberg pourraient peser sur la course à l'investiture démocrate, encore très ouverte avec 17 candidats. Joe Biden, Elizabeth Warren et Bernie Sanders sont en tête de peloton, mais un quatrième candidat, le jeune maire de l'Indiana Pete Buttigieg, centriste lui aussi, progresse dans les sondages.

"Bienvenue dans la course, Michael Bloomberg", a réagi jeudi soir Elizabeth Warren sur Twitter. Bernie Sanders n'a quant à lui pas évoqué directement le nouveau candidat, mais il a semblé y faire allusion dans un tweet jeudi soir : "la classe des milliardaires a peur, et elle a raison d'avoir peur", a-t-il tweeté. Le milliardaire est très engagé sur les problématiques environnementales et de santé : l'année dernière, il a fait un chèque de 4,5 millions de dollars à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour compenser la sortie des Etats-Unis de l'Accord de Paris.