Cet article date de plus de six ans.

Le directeur de campagne de Donald Trump cité dans une enquête anticorruption

Le lobbyiste Paul Manafort aurait été le bénéficiaire de versements de millions de dollars en liquide de la part de l'ancien président ukrainien Victor Ianoukovitch.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Paul Manafort, le directeur de campagne de Donald Trump, le 27 avril 2016 à Washington D.C. (Etats-Unis), avant un meeting du candidat républicain à la présidentielle américaine. (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Un écueil de plus sur la route de Donald Trump. Le directeur de campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine, l'influent Paul Manafort, aurait été le bénéficiaire de versements illégaux de millions de dollars en liquide de la part de l'ancien président ukrainien Victor Ianoukovitch, affirme le New York Times (en anglais), lundi 15 août.

Le nom de Paul Manafort, stratège républicain depuis les années 1970, figure sur des livres de compte secrets actuellement aux mains d'enquêteurs gouvernementaux ukrainiens, rapporte le New York Times. Cette comptabilité du parti de l'ex-président Ianoukovitch, chassé du pouvoir en 2014, fait figurer Paul Manafort comme le destinataire de versements cumulant un montant de 12,7 millions de dollars (soit 11,35 millions d'euros) de 2007 à 2012. Mais il n'y a aucune preuve que Paul Manafort ait effectivement touché ces sommes, précise le journal.

Les affinités pro-russes du camp Trump pointées du doigt

Le lobbyiste a réfuté avoir touché un seul versement clandestin dans sa carrière et a affirmé n'avoir jamais travaillé pour les gouvernements russe ou ukrainien, mais il a admis que sa société avait œuvré en Ukraine jusqu'aux élections parlementaires d'octobre 2014.

La candidate démocrate Hillary Clinton a de son côté estimé "troublantes" les révélations du New York Times et a enjoint son rival républicain de lever le voile sur les connections de certains de ses collaborateurs directs avec le Kremlin ou d'autres intérêts pro-russes. 

Paul Manafort, communiquant aux clients multiples, cultive en effet des liens solides avec le "monde russe" cher à Vladimir Poutine, après avoir conseillé en Afrique des régimes pas toujours fréquentables. Donald Trump a lui-même chanté les louanges de Vladimir Poutine, qui lui a renvoyé l'ascenseur dans des déclarations publiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.