Cet article date de plus de cinq ans.

L'Amérique en campagne, J-19 : les rôles sont figés

Trump agressif et approximatif, Clinton prudente et incisive : le dernier débat entre les candidats à la présidentielle américaine, mercredi, a confirmé les deux premiers. Et figé les positions.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Donald Trump et Hillary Clinton, le 19 octobre à Las Vegas (Nevada, Etats-Unis). (PAUL J. RICHARDS / AFP)

Dernière sortie

Donald Trump a frappé tellement fort, mercredi 19 octobre lors du troisième et dernier débat de la présidentielle américaine, que c'est lui qui va avoir mal. Une heure et demi de débat et une seule idée, ou presque, reprise par les médias américains : Donald Trump, devancé dans les sondages, a refusé de dire qu'il accepterait sa défaite.

"Je vous dirai à ce moment là. Je garde le suspense", a-t-il répondu lors du débat. Hillary Clinton a alors interpellé Chris Wallace, le médiateur, estimant qu'elle ne pouvait pas laisser passer ça : "C'est terrifiant. A chaque fois que les choses ne vont pas dans son sens, Donald Trump dit que de toute façon c'est truqué."

Depuis plusieurs jours le candidat républicain dénonce une machination contre lui. Pour lui les résultats de l'élection sont truqués. Cette sortie n'était semble-t-il pas prévue et elle a surpris dans son propre camp. Les Républicains ne sont pas à une surprise près avec Donald Trump. Son collistier, Mike Pence avait assuré avant le débat qu'il accepterait les résultats de l'élection. Et sa porte-parole, Kellyan Conway a fait une pirouette après le débat : "Trump acceptera les résultats puisqu'il va gagner" !

Sanders, le retour

Ne pas reconnaître une défaite va à l'encontre des fondements même de la démocratie américaine. Aux Etats-Unis, le transfert de pouvoir se fait dans la paix. Hillary Clinton, "choquée", attaque Trump en citant Bernie Sanders, son ancien rival des primaires.

Vous êtes le candidat à la présidentielle le plus dangereux de l'histoire moderne des Etats-Unis

Hillary Clinton

Débat avec Donald Trump, 19 octobre

"Méchante femme"

L'autre moment que les médias américains ont retenu du troisième débat, c'est cet instant ou Trump interrompt Clinton d'un "Nasty woman !" (méchante femme). Un vocabulaire qu'on s'attend plus à entendre dans une cour de récré que dans un débat présidentiel. Et en plus, il parle en même temps qu'Hillary Clinton, alors que quand c'est lui qui est coupé, il se fend d'un très sec "Excusez-moi. c'est MON tour".

"Bad hombres"

Un électeur sur six est d'origine sud-américaine aux Etats-Unis. Et Trump a reparlé hier du mur qu'il voulait construire à la frontière mexicaine. Et pour que les hispaniques comprennent bien le message, il l'a fait passer en truffant son discours d'un charabia anglo-espagnol. "Une de mes premières actions sera de me débarrasser des barons de la drogue. Il y a des mauvais 'hombres' ici, et on va les faire partir". "Hombres", les hommes... Sur Twitter, beaucoup se sont moqués de son accent.

Poutine et les marionnettes

Donald Trump ne cache pas ses sympathies pour le président russe, qu'il "n'a jamais rencontré et qu'il ne connaît pas", dit-il. Mais qui est plus intelligent qu'Hillary sur tous les plans. Poutine "n'a pas de respect pour Hillary", a déclaré Trump. "C'est normal" répond Hillary, "c'est parce qu'il préfère avoir une marionnette à la tête des Etats-Unis." S'attirant une réplique digne, là aussi, d'une cour de récré.

C'est toi, la marionnette !

Donald Trump

Débat avec Hillary Clinton, 19 octobre

Trump piégé par lui-même

Beaucoup de sites ont fait du fact-checking en direct, comme CNN sur les accusations d'agressions sexuelles dont Donald Trump fait l'objet. Pendant le débat, le candidat affirme que c'est l'équipe de campagne d'Hillary Clinton qui a tout inventé. Elle répond : "Dans de nombreux meetings, il a dit qu'il n'a pas pu faire ces choses car les femmes en question n'étaient pas assez attirantes". Ce à quoi Trump réplique qu'il n'a jamais dit ça. Fact-checking de CNN, qui a retrouvé la vidéo du meeting en question et un sous-entendu assez explicite. "Quand vous voyez cette horrible femme, disait Trump il y a quelques jours, vous vous dites 'non je crois pas'".

Bas les pattes

Pas de poignée de mains à l'issue du débat. Pendant une heure et demie, les deux candidats, dans une ambiance très tendue, ne se sont quasiment jamais adressé directement la parole.

A RÉÉCOUTER

L'Amerique en campagne J-19
écouter

Tous les jours à 18h30, franceinfo vous propose le journal de la campagne américaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.