Présidentielle américaine : Barack Obama au secours d'Hillary Clinton à Philadelphie

Lors d'un meeting démocrate à Philadelphie mardi, le président des Etats-Unis a défendu avec ardeur Hillary Clinton, absente de la campagne pour raison de santé, en mettant à son service les atouts de sa popularité. 

A Philadephie mardi, Barack Obama a défendu Hillary Clinton, qui reprendra sa campagne jeudi
A Philadephie mardi, Barack Obama a défendu Hillary Clinton, qui reprendra sa campagne jeudi (KEVIN DIETSCH / MAXPPP)

Au repos depuis dimanche après un malaise, Hillary Clinton reprendra jeudi sa place dans la course à la Maison Blanche. La campagne démocrate ne s'arrête pas pour autant. Mardi, c'est le président Obama qui est venu défendre la candidate, en son absence, lors d'une réunion politique à Philadelphie. 

La santé d'Hillary n'est pas la préoccupation majeure

Une participante au meeting démocrate de Philadelphie explique que le malaise de l’ex-secrétaire d’Etat l’a seulement incitée à venir à la réunion politique avec une bouteille d’eau à cause de la chaleur. Ce qui préoccupe davantage le public, c’est la mobilisation autour de la candidate. Et l'engouement n’a rien à voir avec 2008 ou 2012 estime une autre militante. "Les gens ne sont pas impliqués comme ils le devraient", déclare-t-elle, "alors on a besoin de tout le monde, de Barack, de Michelle, d’Elizabeth Warren et des autres""Avec Obama, c’était vraiment spécial. Tout le pays était en marche. Là, il faut nous aider et susciter de l’enthousiasme", ajoute-t-elle. 

La mission d'Obama : convaincre

Barack Obama fait tout pour qu’on ne doute pas de l'engagement du président des Etats-Unis. "Je veux vraiment, vraiment, vraiment qu'Hilllary soit élue" martèle-t-il à la tribune. Le président défend une candidate "caricaturée" et "victime", selon lui, d’attaques injustes. Il s’en prend à Donald Trump qu’il juge incapable d’être président et dont il raille la fascination pour Vladimir Poutine. Obama lance aussi un appel aux jeunes, des électeurs qui ne sont pas forcément convaincus par Hillary Clinton.

J’ai besoin que vous travailliez aussi dur pour Hillary que pour moi. J’ai besoin que vous alliez faire du porte à porte, que vous passiez des coups de fil. Et vous allez aussi parler à vos amis, y compris républicains.Barack Obama

Aucune voix ne doit manquer le 8 novembre : Barack Obama portera ce message jusqu’à la fin de la campagne présidentielle.

Comme si c'était son 3e mandat...

La communication présidentielle a été parfaitement reçue par cette participante au meeting de Philadelphie qui se présente comme "la première fan" du président américain. "Si Barack Obama pouvait être toujours président, ce serait formidable", s’exclame-t-elle, "mais il va passer le témoin à quelqu’un qui va faire aussi bien que lui".

Et voilà Hillary Clinton dans le rôle de la candidate du troisième mandat de Barack Obama. Ce n’est pas forcément un mauvais calcul, quand on sait que le président américain atteint 60% de popularité.

Barack Obama au secours d'Hillary Clinton à Philadelphie : un reportage de Frédéric Carbonne
--'--
--'--