Présidentielle américaine : Hillary Clinton reprendra sa campagne jeudi

La candidate démocrate va faire son retour sur le terrain, près d'une semaine après avoir appris qu'elle souffrait d'une pneumonie.

Hillary Clinton sort de chez sa fille Chelsea, le 11 septembre 2016, à New York.
Hillary Clinton sort de chez sa fille Chelsea, le 11 septembre 2016, à New York. (BRIAN SNYDER / REUTERS)

Elle revient dans l'arène. Hillary Clinton reprendra sa campagne électorale, jeudi 15 septembre, après quatre jours de repos en raison de sa pneumonie, a annoncé, mardi, un porte-parole. Elle avait annulé ses déplacements en Californie lundi et mardi, et dans le Nevada mercredi, où Bill Clinton doit la remplacer.

La candidate démocrate à la Maison Blanche se repose depuis dimanche chez elle à Chappaqua, près de New York. "Elle a passé la journée à rattraper ses lectures de dossiers, à passer des appels, et elle a regardé à la télévision le discours du président Obama à Philadelphie", selon son équipe.

Des événements à Washington

Avant son malaise de dimanche, elle devait participer, jeudi soir, à Washington, au dîner de gala d'une organisation liée au groupe des élus hispaniques du Congrès. Elle doit également prononcer, vendredi, un discours à Washington, une information confirmée plus tôt par son équipe de campagne.

L'ancienne secrétaire d'Etat traverse une mauvaise passe : critiquée pour son manque de transparence initiale sur sa pneumonie, elle est étrillée depuis plusieurs jours par le camp républicain pour avoir affirmé que la moitié des électeurs de son adversaire Donald Trump étaient des gens "pitoyables".

Obama à la rescousse

"Elle a été caricaturée par la droite et parfois par la gauche, a riposté Barack Obama, lors d'un meeting à Philadelphie, visiblement ravi de retrouver une ambiance de campagne. Elle a été accusée de tout ce que vous pouvez imaginer et a fait l'objet de plus de critiques injustes que qui que ce soit."

"J'ai vu ce qu'elle pouvait accomplir, elle n'abandonne jamais", a encore lancé Barack Obama, déterminé, à cinq mois de son départ, à mettre son charisme et sa popularité, qui ne cesse de grimper, au service de l'ancienne Première dame.

Mais le président américain s'est aussi dit "frustré" de la façon dont la campagne est couverte par les médias, jugeant déplacé de faire un procès en opacité à la candidate démocrate alors que Donald Trump est le premier candidat "depuis des décennies" à refuser de publier sa feuille d'impôts.