Cet article date de plus de quatre ans.

L'Amérique en campagne, J-27 : le camp Clinton affiche son unité

Le camp Trump sort une publicité anti-Clinton. Le camp démocrate fait une démonstration d'unité, alors que leur candidate est confrontée aux révélations de WikiLeaks. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Barack Obama en campagne pour la candidate démocrate à l'élection présidentielle Hillary Clinton, à Greensboro le 11 octobre 2016 (SARA D. DAVIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La pub anti-Clinton

Donald Trump ne décolère pas. Depuis deux jours, le candidat républicain accuse certains responsables de son parti de tous les maux. Furieux que certains l'aient lâché après la révélation de l'enregistrement où il tient des propos vulgaires à propos des femmes. Se positionnant plus que jamais en électron libre, le milliardaire est redevenu incontrôlable.

Son équipe de campagne se met au diapason. En témoigne la publicité anti-Hillary Clinton diffusée pour la première fois mardi 11 octobre. 

La publicité insiste sur les échecs d'Hillary Clinton en tant que secrétaire d'État. Elle suggère également que la démocrate a une santé fragile : on la voit tousser, chanceler, la vidéo de son malaise le 11 septembre dernier est bien sûr mise en avant... Conclusion : "Elle n'a pas la force et l'endurance pour être présidente." 

En parallèle, les républicains préparent de nouvelles publicités. Et cette fois pas sûr que Donald Trump apprécie... D'après le New York Times, plusieurs candidats républicains au Congrès sont à ce point convaincus de la défaite du candidat qu'ils préparent des publicités avec un message sans équivoque : "Votez pour moi, je pourrai ainsi surveiller Hillary Clinton à la Maison Blanche."

Les révélations de Wikileaks

Julian Assange a tenu parole. Le site Wikileaks dévoile depuis quelques jours des milliers d'emails issus de la boîte de John Podesta, le directeur de campagne d'Hillary Clinton. Pas de révélations fracassantes, mais des confidences embarrassantes pour la candidate démocrate : des propos favorables à Wall Street et aux grands traités commerciaux internationaux, des échanges au sujet de l'affaire compromettante des emails...

Ces fuites illustrent le double langage d'Hillary Clinton, dont le camp préfère dénoncer de la propagande russe. Quant à Donald Trump, il dit regretter que ces révélations soient "sous-traitées" dans les médias.

Donald Trump s'emmêle dans les dates

"Allez voter." Le candidat républicain a martelé le message mardi 11 octobre en Floride, un État-clé de l'élection. "Enregistrez-vous, allez voter le 28 novembre", dit-il... sauf que l'élection a lieu le 8 novembre. 

Le camp démocrate affiche son unité

En meeting en Floride mardi 11 octobre, Hillary Clinton a pu compter sur la présence d'Al Gore. "Votre vote compte vraiment", a lancé l'ancien candidat à l'élection présidentielle... qui sait de quoi il parle, puisque c'est dans cet État qu'il avait perdu en 2000 face à George W. Bush pour une poignée de voix.

Barack Obama a, lui, tenu meeting à Greensboro, en Caroline du Nord. Un meeting en forme d'avertissement : "Vous avez tout à perdre. Tous les progrès que nous avons fait ces dix dernières années sont sur le bulletin de vote. La courtoisie, le respect pour les femmes, la tolérance, la justice, l'égalité, la démocratie... Envoyez un message d'espoir en votant Hillary Clinton."

Le requin et le capitaine Quint

Mardi 11 octobre sur Fox News, Mike Huckabee, ancien candidat aux primaires républicaines et aujourd'hui soutien de Donald Trump, s'est lancé dans une comparaison audacieuse au sujet de son champion : "Il est comme le capitaine Quint dans les dents de la mer. Il est vulgaire, rustre... Mais attention ! C'est lui qui va sauver vos fesses et votre famille. Hillary c'est le requin, elle va dévorer votre bateau, ouvrir les frontières. Votez-vous pour le capitaine Quint ou pour le requin ?"

Petite problème de cette métaphore : dans Les Dents de la mer, c'est le requin qui tue le capitaine Quint... Le requin explose, mais le capitaine Quint, alias Donald Trump, est déjà mort. 

L'Amérique en campagne J-27
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.