YouTube suspend la monétisation des vidéos de Rudy Giuliani, l'avocat de Donald Trump

Depuis mardi, la chaîne de Rudy Giuliani n'est plus dans le programme "partenaires" de la plateforme. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rudy Giuliani, avocat de Donald Trump, prend la parole lors d'une conférence de presse pour demander un nouveau comptage des voix en Pennsylvanie (Etats-Unis), le 4 novembre 2020. (MATT SLOCUM / AP / SIPA)

La disgrâce de Rudy Giuliani se poursuit. YouTube a indiqué mardi 26 janvier avoir suspendu l'avocat de Donald Trump de son programme de monétisation des vidéos pour avoir enfreint de façon répétée les règles de la plateforme sur la désinformation autour des élections américaines.

La plateforme de vidéos de Google a confirmé à l'AFP que la chaîne de Rudy Giuliani était temporairement suspendue du programme de "partenaires" : l'avocat n'a plus accès à certaines fonctionnalités et ne perçoit plus de revenus des ventes de publicités diffusées avant qu'une vidéo ne commence à jouer.

L'ancien maire de New York a alimenté les théories complotistes soutenues par de nombreux proches de Donald Trump, selon lesquelles le scrutin présidentiel aurait été truqué en faveur de Joe Biden.

Attaqué pour diffamation après avoir mis en cause un fabricant de machines électorales 

Rudy Giuliani avait notamment affirmé dans son émission sur YouTube que les machines électorales de la société Dominion Voting Systems avaient contribué à "voler l'élection" à l'ex-président républicain. L'entreprise a attaqué en justice Rudy Giuliani pour diffamation, lundi, lui réclamant 1,3 milliard de dollars de dommages et intérêts pour avoir nui à sa réputation et mis en danger ses employés.

YouTube, comme les autres principaux réseaux sociaux, a pris des mesures pour protéger l'intégrité des processus démocratiques, comme le fait de retirer les contenus insinuant qu'il y aurait eu des fraudes ou problèmes techniques ayant changé le résultat de la présidentielle américaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.