Voter pour changer le système : aux États-Unis, les icônes afro-américaines de la musique s'engagent

De Beyoncé à Kendrick Lamar, les artistes noirs de la musique font tout pour inciter la communauté afro-américaine à voter contre Donald Trump. Des Black Panthers au mouvement Black Lives Matter, les artistes américains ont toujours considéré qu'ils avaient un rôle social et civique à jouer.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Aux États-Unis, le mouvement Black Lives Matter se caractérise notamment par des appels au vote pour obtenir du changement. (YUI MOK / MAXPPP)

Il y a quelques jours, la campagne de Joe Biden dévoilait quatre nouveaux clips, dont celui ci-dessous, avec la voix profonde d'une superstar du hip-hop, Ludacris, au message simple : "Voter, c'est pouvoir".

Quelques mois plus tôt, en juin, dans le sillage de la mort de George Floyd et la résurgence du mouvement Black Lives Matter aux États-Unis - puis dans le monde, France comprise -, une autre voix se faisait entendre, lors des BET Awards.

Beyoncé, star parmi les stars, qui finance à coups de millions des entreprises détenues par des Noirs, dont l'engagement avec son mari Jay-Z, bien que relativement récent, passe donc par du concret. Sophie Rosemont est journaliste, elle vient de sortir le beau livre Black Power, l'avènement de la pop culture afro-américaine, publié par GM Editions : "Il y a toujours eu des artistes qui ont aidé les associations, d'Aretha Franklin à Ray Charles, en passant par James Brown et aujourd'hui, des musiciens et chefs d'entreprise, comme Beyoncé et Jay-Z, donnent beaucoup".

Engagement décomplexé

Il y a donc le financement, comme le fait Kanye West, insaisissable sur bien des plans mais grand défenseur de sa communauté. Battre Donald Trump par le nombre, message martelé par Alicia Keys, Lizzo, Janelle Monaé et bien d'autres. Par Kendrick Lamar aussi, superstar du rap, héritier des grandes voix du jazz et de la soul, dont le titre Alright est devenu cri de ralliement.

Aux États-Unis donc, les artistes noirs utilisent leur voix de manière décomplexée, en privé ou en direct à la télévision. Sophie Rosemont précise : "Comme toute victoire et comme toute entrée dans le 'mainstream', il y a aussi des failles et le discours parfois peut se perdre. Et en même temps, ça sert toujours une représentativité et une visibilité".

La censure n'a plus cours, les artistes se rendent compte que ce n'est plus possible

Sophie Rosemont, autrice de "Black Power"

De Sam Cooke à Childish Gambino, d'Aretha Franklin à Solange Knowles, la communauté noire se structure toujours autant autour de la musique qui, là-bas, a toujours assumé son terreau politique.

Les stars afro-américaines appellent à l'action par les urnes | Le reportage de Yann Bertrand
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.