Violences au Capitole : Twitter suspend "indéfiniment" le compte de Donald Trump

En cause, le "risque de nouvelles incitations à la violence" de la part du président américain sortant, a expliqué l'entreprise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le compte Twitter de Donald Trump apparaît sur un téléphone, devant la Maison Blanche à Washington, aux Etats-Unis, le 8 janvier 2021. (JOSHUA ROBERTS / REUTERS)

L'étau se resserre sur Donald Trump, évincé des réseaux sociaux les uns après les autres. Twitter, son principal outil de communication, a suspendu son compte de façon permanente vendredi 8 janvier, deux jours après les émeutes de ses partisans qui ont envahi le Capitole pendant plusieurs heures.

"Après examen approfondi des tweets récents de @realDonaldTrump et du contexte actuel – notamment comment ils sont interprétés (...) – nous avons suspendu le compte indéfiniment à cause du risque de nouvelles incitations à la violence" de la part du président américain sortant, a expliqué l'entreprise dans un communiqué.

Jeudi, Facebook et d'autres services comme Snapchat ou Twitch ont aussi suspendu le profil du locataire de la Maison Blanche pour une durée indéterminée.

"Nous ne serons pas réduits au silence"

"Nous ne serons pas réduits au silence", a protesté l'intéressé via le compte officiel @POTUS (pour "président des Etats-Unis"), à l'attention des "75 millions de patriotes" qui ont voté pour lui. Il a évoqué des représailles contre le réseau qui "interdit la liberté d'expression" et le possible lancement de sa propre plateforme dans un futur proche, à travers une série de messages immédiatement retirés par Twitter.

"Utiliser un autre compte pour éviter la suspension est contre nos règles", a expliqué un porte-parole de la société, qui va aussi prendre des mesures "pour l'imiter l'utilisation" des comptes gouvernementaux comme @POTUS et @WhiteHouse.

Par ailleurs, Google a annoncé vendredi avoir retiré de sa plateforme de téléchargement d'applications le réseau social Parler, prisé des partisans les plus farouches de Donald Trump, en raison de la présence de messages "incitant à la violence". Des messages de soutien aux émeutiers qui ont fait irruption au Capitole mercredi ont notamment fleuri après les événements sur cette application.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.