VIDEO. La longue marche de milliers de Honduriens pour rejoindre les Etats-Unis

Ces migrants fuient la pauvreté et la violence de leur pays, bravant Donald Trump et les autorités mexicaines.

Voir la vidéo

L'exode massif a débuté samedi 13 octobre, à San Pedro Dula. Ce jour-là, des milliers de Honduriens ont décidé de fuir la pauvreté et la violence de leur pays, répondant à un appel lancé sur les réseaux sociaux, et ont franchi la frontière entre le Honduras et le Guatemala. Après une semaine de marche, ces migrants sont arrivés dimanche 21 octobre à Tapachula, à la frontière entre Guatemala et le Mexique.

Cette longue marche sans eau, ni nourriture a été stoppée une première fois jeudi, jour où Donald Trump a demandé sur Twitter au Mexique d'"arrêter l'invasion".

Malgré la fermeture de la frontière entre le Mexique et le Guatemala, de nombreux migrants sont entrés illégalement sur le territoire mexicain en traversant le fleuve Suchiate séparant les deux pays. Et finalement, la frontière a été partiellement ouverte dimanche pour laisser entrer plusieurs dizaines de migrants, en majorité des femmes et des enfants, qui ont été conduits dans des refuges.

Ces migrants s'accrochent au rêve américain

Dimanche, Donald Trump a affirmé sur Twitter que les Honduriens devaient "d'abord faire une demande d'asile au Mexique". "S'ils ne le font pas, les Etats-Unis les rejetteront", a-t-il prévenu. Selon le ministère de l'Intérieur mexicain, entre vendredi et dimanche, 1 028 demandes d'asile ont été déposées.

Le trajet jusqu'aux Etats-Unis pourrait prendre un mois, selon un responsable de l'association Peuples sans frontière. Malgré tout, en dépit des propos de Donald Trump, ces migrants ne veulent pas renoncer à leur rêve américain : "Notre courage est plus grand que les menaces", assure Britanny à l'AFP.

Vue aérienne des migrants honduriens sur la route entre Ciudad Hidalgo et Tapachula au Mexique dimanche 21 octobre 2018.
Vue aérienne des migrants honduriens sur la route entre Ciudad Hidalgo et Tapachula au Mexique dimanche 21 octobre 2018. (PEDRO PARDO / AFP)