Cet article date de plus de quatre ans.

Donald Trump relance le projet d'oléoduc Keystone, rejeté par Obama

Le pipeline vise à transporter le pétrole canadien vers les Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président américain Donald Trump a redonné vie, mardi 24 janvier 2017, au projet du gigantesque oléoduc Keystone XL reliant le Canada aux Etats-Unis. (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

Donald Trump a redonné vie, mardi 24 janvier, au projet de gigantesque oléoduc Keystone XL reliant le Canada aux Etats-Unis dont la construction avait été bloquée par Barack Obama au nom de la lutte contre le changement climatique. Le nouveau président a en effet signé des décrets ouvrant la voie à la réalisation de ce projet controversé.

Le chef de l'Etat américain a souligné que l'aboutissement de ce projet était conditionné à une renégociation avec la société canadienne TransCanada. "Nous allons renégocier certains des termes et, s'ils le veulent, nous verrons si cet oléoduc peut être construit", a-t-il déclaré lors de la signature des documents dans le Bureau ovale.

Le Canada satisfait, les écologistes mécontents

Le gouvernement canadien s'est félicité de cette décision : "Oui, je suis en faveur de ce projet d'oléoduc parce que cela va amener de bons emplois (...) et de la croissance économique", a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'une conférence de presse.

Aux Etats-Unis, si le camp républicain a salué l'annonce avec enthousiasme, défenseurs de l'environnement et élus démocrates ont dénoncé à l'unisson une initiative malheureuse prise au mépris des enjeux climatiques. "Aujourd'hui, le président Trump a ignoré les voix de millions d'Américains et donné la priorité aux profits à court-terme de l'industrie des énergies fossiles par rapport à l'avenir de notre planète", a déploré le sénateur Bernie Sanders.

Long de 1 900 km, dont 1 400 aux Etats-Unis, le projet Keystone XL vise à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta, dans l'ouest du Canada, jusqu'au Nebraska, au centre des Etats-Unis, d'où il pourrait rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique.

Un autre projet contesté par les Sioux

Donald Trump a aussi ouvert la voie à la relance d'un pipeline dont l'objectif est de transporter l'or noir du Dakota du Nord, un des principaux pôles de production de gaz et de pétrole de schiste aux Etats-Unis, vers un centre de distribution dans l'Illinois. Un projet vivement contesté par les Amérindiens et les écologistes.

La tribu sioux de Standing Rock reproche à l'entreprise qui en a la charge de vouloir faire passer l'oléoduc, baptisé Dakota Access Pipeline, sur des sites sacrés où sont enterrés leurs ancêtres, menaçant par la même occasion leurs sources d'eau potable. La tribu a promis de contester en justice cette décision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.