Donald Trump menace de couper l'aide financière aux Palestiniens

Le président américain a publié un message en ce sens sur son compte Twitter. "Nous ne céderons pas au chantage", a répondu une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine.

Donald Trump lors d\'un discours à Washington, la capitale fédérale des Etats-Unis, le 18 décembre 2017.
Donald Trump lors d'un discours à Washington, la capitale fédérale des Etats-Unis, le 18 décembre 2017. (MANDEL NGAN / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le président américain Donald Trump a menacé, mardi 2 janvier, de couper l'aide financière des Etats-Unis aux Palestiniens. Il a évoqué leur manque d'appétit pour les négociations de paix que la Maison Blanche veut relancer. "Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect, a écrit Donald Trump sur Twitter. Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir ?"

En 2016, les Etats-Unis ont versé 319 millions de dollars (environ 264 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens via leur agence de développement. A cela s'ajoutent 304 millions de dollars (soit 252 millions d'euros) d'assistance donnés par Washington aux programmes de l'ONU dans les territoires palestiniens. Dans son tweet, Donald Trump n'a pas précisé à quelles aides il faisait spécifiquement référence.

"Nous ne cèderons pas au chantage"

Les Etats-Unis avaient déjà menacé de prendre des mesures de rétorsions après un vote à l'Assemblée générale de l'ONU, le mois dernier, condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. "Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution" financière à l'ONU, avait lancé Nikki Haley, l'ambassadrice américaine aux Nations unies. "Nous ne céderons pas au chantage. (...) Maintenant [Donald Trump] ose accuser les Palestiniens des conséquences de ses actions irresponsables", a affirmé Hanan Ashrawi, une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine.