Cet article date de plus de quatre ans.

Syrie : "ARRETEZ" les bombardements et la tuerie à Idleb, réclame Donald Trump dans un tweet

Le président américain a posté ce message avant de prendre la direction de l'Europe pour les commémoration du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Donald Trump sur la base aérienne d'Andrews (Etats-Unis), le 2 juin 2019. (MANDEL NGAN / AFP)

Nouvel épisode de la diplomatie via Twitter de Donald Trump. Le président américain a demandé, dimanche 2 juin, à la Syrie et à son allié, la Russie, de cesser "le bombardement infernal" du dernier bastion jihadiste d'Idleb, province du nord-ouest de la Syrie.

"J'entends parler que la Russie, la Syrie et dans une moindre mesure l'Iran se livrent à un bombardement infernal dans la province d'Idleb en Syrie et tuent sans discrimination beaucoup de civils innocents. Le monde observe cette boucherie. Quel est l'objectif, qu'est-ce que vous allez obtenir? ARRETEZ!", a-t-il écrit sur Twitter peu avant son départ pour une visite d'Etat au Royaume-Uni.

Ces commentaires interviennent après que des ONG syriennes eurent dénoncé, vendredi, l'inaction de la communauté internationale face à l'escalade du régime syrien et de son allié russe dans la province d'Idleb. Cette inaction est à l'origine, selon les ONG, de "la plus importante" vague de déplacés depuis le début du conflit.

Lors d'une conférence de presse à Istanbul, des représentants de ces ONG ont décrit un drame humanitaire empirant de jour en jour dans cette province, affirmant qu'outre les dizaines de morts civils, les bombardements avaient poussé plus de 300 000 personnes à fuir leurs foyers vers la frontière turque et que "plus de 200 000 d'entre elles vivent dans des oliveraies" faute de places dans les camps de réfugiés. Toujours vendredi, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé que près de 950 personnes, en majorité des combattants et environ un tiers de civils, ont péri en un mois dans les combats dans cette zone.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.