Présidentielle américaine : un résultat très serré entre Clinton et Trump est "possible"

Interrogée par franceinfo mardi 8 novembre, Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord à l'Institut français des relations internationales, pense qu'un résultat serré à la présidentielle est possible. Selon elle, Donald Trump peut aussi compter sur une majorité silencieuse.

Donald Trump et Hillary Clinton et se serrent la main à l\'occasion du premier débat présidentiel, à Hempstead (Etats-Unis), le 26 septembre 2016.
Donald Trump et Hillary Clinton et se serrent la main à l'occasion du premier débat présidentiel, à Hempstead (Etats-Unis), le 26 septembre 2016. (TIMOTHY A. CLARY / AFP)

Les Américains votent mardi 8 novembre pour désigner le successeur de Barack Obama à la Maison Blanche. Hillary Clinton et Donald Trump ont passé la journée de lundi à faire campagne dans plusieurs Etats décisifs pour convaincre les électeurs indécis.

La candidate démocrate semble la mieux placée pour l'emporter selon les ultimes sondages. Mais Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord à l'Institut français des relations internationales (IFRI) a estimé mardi sur franceinfo qu'un résultat très serré est "possible".

franceinfo : Est-ce qu’un résultat très serré est encore probable ?

Laurence Nardon : Oui, c'est possible. Souvenez-vous de ce qui s’était passé en 2000 avec Al Gore et George W. Bush. Les résultats en Floride avaient été tellement serrés qu’il avait fallu recompter les bulletins [George Bush l'avait emporté avec 537 voix d'avance sur Al Gore]. C’était compliqué, puisque c’étaient des bulletins papiers à l’époque. Cette fois-ci, on pourrait connaître la même situation, d’autant plus qu’il n’est pas évident que Donald Trump, dont on connaît la personnalité un peu particulière, accepte sa défaite. Il pourrait contester le résultat dans tel ou tel Etat.

Les derniers rebondissements autour de l’affaire des e-mails peuvent-ils avoir un impact sur les derniers indécis ?

Le fait que le FBI referme cette affaire est une bonne chose. Du coup, les indécis pourront mettre cette affaire derrière eux. Ce qui est sûr, c’est que les adversaires d’Hillary Clinton ne désarmeront pas. Même si elle est élue, ils continueront à mentionner cette affaire et les questions sur le financement de la Fondation Clinton. Ils ne lâcheront pas.

Est-ce qu’il existe une majorité silencieuse sur laquelle compte Trump et qui pourrait créer la surprise ?

Une partie de l’électorat, les classes populaires blanches qui ont beaucoup souffert de la mondialisation et qui se sont senties trahies depuis des années, a choisi Trump parce qu’elle a trouvé en lui un champion qui défend enfin ses intérêts. Mais ce segment de la population n’est pas suffisamment large pour faire élire Trump. Ce dernier n’a pas su élargir cet électorat aux minorités, car il est très xénophobe, ni aux urbains ou encore aux personnes diplômées. Il n’a pas su élargir cette base.