Politiques et animaux : 3 scénarii possibles

Nos politiques sont généralement préparés à affronter tous types de situations et d'interlocuteurs. Mais, quand les animaux débarquent dans leurs plannings, c’est une autre histoire...

Poser devant les caméras où les photographes avec une bestiole, c’est presque un passage obligé dans la carrière d’un politicien. Cependant, pour certains d’entre eux cette tâche est plus facile que pour d’autres.

Instant mignon, instant malaise, ou même instant virile, dans “Le Politique et la Bête”, plusieurs scénarii sont envisageables.

Entre “mignoncité” et malaise

Jacques Chirac déposant un doux baiser sur la toison d’un jeune chevreau : comment résister devant tant de “mignoncité” ? François Bayrou, Benoît Hamon, ou encore Dominique de Villepin ont, eux aussi, été photographiés en train de câliner ces petites bêtes soyeuses. 

Mais parfois, tout dérape. “Jean-Pierre, aide moi !”, le cri de détresse d’Alain Juppé livré à lui même avec une biquette, résonne encore dans nos têtes. Malaise.

Quand animal rime avec virilité (où presque)

Pour parfaire leur image d’homme de pouvoir, Vladimir Poutine, Donald Trump et Nicolas Sarkozy ont tous eu la même idée : poser auprès d’un animal qui symbolise la virilité. Vladimir Poutine a choisi un léopard, Nicolas Sarkozy a opté pour un étalon et Donald Trump a jeté son dévolu sur un aigle royal. Résultat ? L’exercice est réussi avec plus ou moins de panache….  A vous de juger.