Nucléaire : un monde de tensions

L'association pour l'abolition des armes nucléaires ICAN a été récompensée dans un contexte de tension internationale sur le nucléaire. En ces temps de tensions, France 2 fait le point sur le nucléaire aujourd'hui dans le monde.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le 6 août 1945, c'est le jour où le monde bascule dans l'ère nucléaire. Hiroshima, la première bombe nucléaire larguée par les États-Unis, fait 80 000 morts. 72 ans plus tard, la Corée du Nord fait trembler la planète avec ses essais nucléaires. Objectif : rejoindre à tout pris le club très fermé des puissances nucléaires. Aujourd'hui, elles sont au nombre de neuf : États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni, les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU, auxquelles s'ajoute le Pakistan, l'Inde, Israël, et la Corée du nord.

15 000 armes nucléaires

Ces neuf puissances possèdent aujourd'hui près de 15 000 armes nucléaires. À eux seuls, Russes et Américains en détiennent la majorité, le Pakistan une centaine; on estime que la Corée du Nord est en mesure d'en avoir dix. Depuis la chute de la menace soviétique, la menace nucléaire avait baissé. Aujourd'hui, le face-à-face entre Donald Trump et Kim Jong-Un ravive de vieux démons. Pour Jean-Marie Collin, responsable de l'ICAN France, "On est revenu à un niveau d'importance de celui type guerre froide, où nous avons un président américain et un leader coréen qui sont prêts à aller au clash, on peut le dire, où nous avons des systèmes d'armes français qui sont déployés et prêts à être utilisés (...)". Une tension maximale, avec des risques de dérapages et d'accidents nucléaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militants anti-armes nucléaires portant des masques du président américain Donald Trump et du leader nord-coréen Kim Jong-un, devant l\'ambassade des Etats-Unis, à Berlin, en octobre 2017.  
Des militants anti-armes nucléaires portant des masques du président américain Donald Trump et du leader nord-coréen Kim Jong-un, devant l'ambassade des Etats-Unis, à Berlin, en octobre 2017.   (BRITTA PEDERSEN / DPA)