Mickael Flynn inculpé : Donald Trump nie toute collusion avec la Russie

Donald Trump est de plus en plus dans la tourmente. Son ancien conseiller à la sécurité nationale vient d'être inculpé. Il a reconnu avoir menti au FBI dans l'enquête sur l'ingérence russe dans la dernière présidentielle américaine.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Lorsqu'il quitte vendredi 1er décembre sous les huées la Cour fédérale, Michael Flynn est un homme désormais poursuivi par la justice américaine pour une éventuelle collusion avec la Russie. Juste auparavant, l'ancien général a reconnu face au juge avoir menti aux enquêteurs concernant ses liens avec des représentants russes. Il plaide coupable et accepte de coopérer avec la justice. L’ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump est accusé d'avoir caché ses contacts et le contenu de ses conversations avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis après l'élection de Donald Trump.

L'étau se resserre autour du président américain

Artisan de sa campagne, Michael Flynn est connu pour sa proximité avec les autorités russes. Son inculpation a mis en ébullition Washington et fait chuter Wall Street, déclenchant également les réactions de sénateurs. Interrogé ce samedi 2 décembre dans les jardins de la Maison-Blanche, Donald Trump préfère se satisfaire de l'adoption la nuit dernière de sa réforme de la fiscalité avant d'éluder rapidement les questions sur Michael Flynn. "Il n'y a eu absolument aucune collusion", a-t-il assuré.


L'étau se resserre pourtant autour du président américain. Michael Flynn est pourtant le quatrième proche du président américain à être mis en cause. Si le procureur spécial Mueller parvenait à établir une connivence avec la Russie, une procédure de destitution de Donald Trump serait théoriquement possible.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Etats-Unis Donald Trump répond aux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche, à Washington, le 2 décembre 2017.
Le président des Etats-Unis Donald Trump répond aux journalistes dans les jardins de la Maison Blanche, à Washington, le 2 décembre 2017. (JAMES LAWLER DUGGAN / REUTERS)