Le président de la Banque mondiale démissionne à la surprise générale

L'Américain Jim Yong Kim indique qu'il va rejoindre une société d'investissements et se focaliser "sur les investissements dans les infrastructures dans les pays en développement".

Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, le 11 novembre 2018 à Paris.
Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, le 11 novembre 2018 à Paris. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)

Ce départ va faire les affaires de Donald Trump, qui va pouvoir désigner la nouvelle direction de l'institution-phare du développement économique. Le président de la Banque mondiale, l'Américain Jim Yong Kim, a annoncé sa démission, lundi 7 janvier, à la surprise générale.

Dans un communiqué, Jim Yong Kim, qui a présidé la Banque mondiale pendant six ans après y avoir été promu par Barack Obama, indique seulement qu'il va rejoindre "une société" d'investissements et se focaliser "sur les investissements dans les infrastructures dans les pays en développement".

Trump critiquait sa politique envers la Chine

C'est habituellement un Américain qui est nommé à la tête de la Banque mondiale, tandis que la direction du FMI est confiée généralement à un Européen. Ce partage des rôles, fortement contesté par les pays émergents, ouvre la voie à la nomination d'un nouveau dirigeant par l'administration Trump, qui est très critique vis-à-vis des prêts de la Banque mondiale envers certains pays comme la Chine.

Agé de 59 ans, Jim Yong Kim, dont la démission sera effective le 1er février, sera remplacé dans l'intérim par Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale. Le mandat de l'Américain devait initialement durer jusqu'en 2021.