Le Soudan et Israël vont normaliser leurs relations, un "formidable revirement", se réjouit Benyamin Nétanyahou

Au terme d'une médiation américaine, le Soudan devient le troisième pays arabe à accepter de normaliser ses relations avec l'Etat hébreu, après les Emirats arabes unis et Bahreïn.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Donald Trump (à gauche) et Benyamin Nétanyahou (à droite), à la Maison Blanche (Etats-Unis), le 15 septembre 2020. (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

C'est a priori le début d'une nouvelle ère de paix entre les deux pays. Israël et le Soudan ont accepté de normaliser leurs relations diplomatiques, a annoncé le président américain Donald Trump, vendredi 23 octobre.

C'est dans le Bureau ovale, entouré notamment de son chef de la diplomatie, Mike Pompeo, et de son gendre et conseiller Jared Kushner, que Donald Trump a déclaré que les deux pays ennemis avaient fait "la paix". Le président américain était au téléphone, sur haut-parleur, avec le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, et son homologue soudanais, Abdallah Hamdok.

Le Soudan retiré de la liste noire de Washington

Cette normalisation des relations entre Israël et le Soudan, annoncée vendredi 22 octobre par la Maison Blanche à Washington, est un "formidable revirement", a commenté Benyamin Nétanyahou. "Aujourd'hui Khartoum dit 'oui' à la paix avec Israël, 'oui' à la reconnaissance d'Israël et à la normalisation avec Israël", a-t-il ajouté dans une déclaration en hébreu transmise par ses services à l'AFP. De son côté, le Soudan, à travers sa télévision d'Etat, a annoncé mettre "fin à l'état d'agression" avec Israël.

Donald Trump a ouvert la voie au retrait du Soudan de la liste noire américaine des Etats soutenant le terrorisme, lundi 19 octobre. Un tournant aussitôt salué par Khartoum, qui réclamait la levée de cette lourde sanction en vigueur depuis 1993. Il s'agit d'un nouveau coup diplomatique pour le président américain, à 11 jours de l'élection présidentielle outre-Atlantique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.