Cet article date de plus de quatre ans.

Humour, pédagogie, diplomatie... Comment les Suédois ont réagi au faux attentat inventé par Donald Trump

Le président des Etats-Unis a fait, samedi lors d'un meeting, une allusion à un attentat qui se serait déroulé, la veille, en Suède. Attaque qui n'a jamais existé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président américain Donald Trump s'exprime à la Maison Blanche le 8 février 2017. (MANDEL NGAN / AFP)

"Regardez ce qu'il se passe en Allemagne, regardez ce qui s'est passé, hier soi,r en Suède. La Suède, qui l'aurait cru ?". Le président américain, Donald Trump, a évoqué, samedi 18 février à Melbourne (Floride), un attentat en Suède, qui aurait été perpétré vendredi.

Problème : cette attaque n'a jamais eu lieu. Une erreur qui n'a pas déstabilisé le milliardaire pour autant, puisqu'il s'est justifié en affirmant qu'il avait eu cette information en regardant un reportage diffusé par la chaîne Fox News. Stupéfaits, les Suédois, qu'ils soient hommes politiques ou simples internautes, ont réagi, sur un ton parfois très caustique.

La réponse diplomatique : Stockholm veut "des éclaircissements"

Quelque peu étonnée, l'ambassade de Suède à Washington a demandé, dès dimanche, au département d'Etat américain, des "éclaircissements" sur les déclarations de Donald Trump. Le président américain s'est contenté d'invoquer un reportage de Fox News pour justifier ses propos. Sur la chaîne d'info, un réalisateur, critiqué pour son travail, est venu, en effet, parler de son documentaire. Il a notamment assuré que le gouvernement suédois "passait sous silence un nombre important de viols pour ne pas écorner l'image des migrants et continuer à accueillir celles et ceux qu'y cherchent à se réfugier sur le territoire", explique le Huffington Post.

Pas de quoi convaincre la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, qui a fait la leçon au président américain en publiant sur Twitter un extrait d'un récent discours. La démocratie et la diplomatie "nécessitent de respecter la science, les faits et les médias", assurait-elle dans ce texte.

Moins diplomate, son prédécesseur, Carl Bildt, s'est fendu d'un tweet cinglant : "Suède ? Attaque terroriste ? Qu'est-ce qu'il a fumé ? Les questions abondent."

La réponse pédagogique : le journal "Aftonbladet" revient sur les faits divers du jour

Quotidien le plus lu en Suède, Aftonbladet a opté pour la pédagogie. Histoire de mieux informer le président américain p sur la réalité suédoise, le journal est revenu, en anglais, sur les faits marquants du vendredi 17 février dans le pays.

"A 15h24, un homme s'est immolé par le feu sur une place au centre de Stockholm. Il a été emmené à l'hôpital avec des brûlures sévères. Il n'y a pas d'informations sur ses motivations pour l"instant, mais les services de renseignement ne prennent pas part à l'enquête."

"A 6h42 : le fameux chanteur Owe Thörnqvist a eu des problèmes pendant la répétition pour le concours  de chant Melodifestivalen."

"A 8h23 : un homme est mort à l'hôpital après avoir été victime d'un accident plus tôt dans la journée sur son lieu de travail dans la ville de Boras."

"8h46 : à cause du mauvais temps dans le nord de la Suède, la route E10 a été fermée entre Katterjåkk et Riksgränsen..."

Bref, le quotidien a ainsi déroulé une litanie de faits divers secondaires pour bien démontrer qu'aucun attentat ni événement à portée internationale n'ont eu lieu durant la journée.

La réponse humoristique : les internautes raillent Trump

La bourde de Donald Trump a tellement agacé ou fait rire les Suédois qu'ils ont lancé le hashtag #LastNightInSweden, pour montrer, de façon très ironique, ce qu'il s'était réellement passé "la nuit dernière en Suède". 

"La nuit dernière en Suède, mon fils a laissé tomber sa saucisse dans le feu. C'est si triste !", proclame cet internaute.

Cet autre montre en photo une chaise renversée, avec ce commentaire lapidaire : "Ne jamais oublier" :

Une troisième évoque un délicieux "bain moussant" qu'elle a pris, ce soir-là, alors que certains Suédois "prennent des douches". Et de conclure : "C'est triste."

Ce quatrième publie le cliché d'un renne, apparemment pacifique, dans un cadre bucolique.

Et cette dernière, ironique, montre deux petits chiens, avec cette légende : "Intenses et importantes forces de sécurité déployées dans les transports publics, la nuit dernière en Suède." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.