Etats-Unis : une note explosive et secrète sur des écoutes oppose Trump au FBI

Une nouvelle fois, le président américain s'oppose à la police fédérale.

Le président américain, Donald Trump, le 1er février 2018 à Washington (Etats-Unis).
Le président américain, Donald Trump, le 1er février 2018 à Washington (Etats-Unis). (AFP)

Donald Trump va-t-il publier des informations confidentielles contre l'avis du FBI ? La bataille autour d'une note secrète sur des écoutes du FBI contre la campagne Trump s'est envenimée, jeudi 1er février, entre le président américain, les démocrates et la communauté du renseignement. Au cœur du bras de fer : une note rédigée à partir d'informations secrètes par le controversé président républicain de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Devin Nunes.

Son objet : les écoutes mises en place par le FBI contre un membre de l'équipe de campagne Trump en 2016, dans le cadre des investigations sur les tentatives d'ingérence et de manipulation russes. La conclusion de cette note, dont Devin Nunes a demandé au président Donald Trump d'autoriser la publication : le FBI s'est servi d'informations partisanes pour demander ces écoutes, en pleine campagne présidentielle. Un abus de pouvoir, accusent les républicains.

Les démocrates y voient une diversion

Le feu vert du président devrait venir "probablement" vendredi, a dit jeudi un haut responsable de l'exécutif. "Le président est d'accord. Je ne pense pas qu'elle (la note) sera expurgée. Après, ce sera entre les mains du Congrès", a-t-il expliqué à l'AFP. En démontant les étapes des investigations du FBI dans l'affaire russe, les républicains remettent en cause comme jamais auparavant la neutralité de la police fédérale. Cette affaire a conduit à un clash extraordinaire entre le directeur du FBI et le président Donald Trump, qui l'a nommé. Christopher Wray, confirmé en août dernier à son poste, s'est en effet publiquement opposé à la publication du "mémo Nunes".

L'opposition démocrate croit voir clair dans le jeu des républicains : il s'agit ni plus ni moins de discréditer toute l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne. Une enquête reprise en main l'an dernier par le procureur spécial Robert Mueller, et qui déstabilise toute la présidence du milliardaire septuagénaire, dont des dizaines de proches et collaborateurs ont déjà été interrogés par les enquêteurs. Lui-même pourrait être appelé à s'expliquer sur une éventuelle collusion avec Moscou. Au Congrès, des républicains appellent à l'arrêt pur et simple de l'enquête du procureur spécial, en s'appuyant sur le contenu de la note Nunes.