Etats-Unis : une ancienne mannequin accuse Donald Trump d'agression sexuelle en 1997

Dans un entretien au "Guardian", Amy Dorris affirme que le président américain l'a agressée lors du tournoi de l'US Open, en 1997. Elle avait alors 24 ans. Plusieurs accusations le visent déjà.

Le président américain, Donald Trump, lors d\'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 septembre 2020 à Washington (Etats-Unis). 
Le président américain, Donald Trump, lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 septembre 2020 à Washington (Etats-Unis).  (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une nouvelle accusation de violences sexuelles vise le président américain, Donald Trump. Dans un entretien accordé au Guardian (lien en anglais), jeudi 17 septembre, une ancienne mannequin, Amy Dorris, assure que l'ancien magnat de l'immobilier l'a agressée sexuellement en septembre 1997 à New York (Etats-Unis), en marge du tournoi de l'US Open. 

Les faits se sont produits le 5 septembre 1997, selon son récit. Ce jour-là, le compagnon d'Amy Dorris, Jason Binn, l'emmène au bureau de Donald Trump à Manhattan. La jeune femme, qui vivait alors en Floride, se rend ensuite à l'US Open, accompagnée de son compagnon et de l'homme d'affaires. L'ancienne mannequin raconte que l'agression se produit à l'extérieur des toilettes du stade, non loin de la tribune privée où les invités de Donald Trump suivent le tournoi. 

Il a enfoncé sa langue dans ma gorge et je le repoussais. C'est à ce moment-là qu'il m'a serrée et que ses mains ont commencé à toucher mes fesses, ma poitrine, mon dos, tout. J'étais prise au piège, je ne pouvais pas me dégager.Amy Dorris, ancienne mannequinau "Guardian"

L'ex-mannequin relate avoir demandé à Donald Trump d'arrêter, en vain. "Il s'en fichait complètement, décrit-elle auprès du Guardian. "J'étais choquée, je me suis sentie violée." Le magnat de l'immobilier, alors âgé de 51 ans, a poursuivi ses avances lors de son séjour à New York, dénonce-t-elle aujourd'hui. 

"Je ne suis pas restée silencieuse"

Le président américain, par l'intermédiaire de ses avocats, nie fermement avoir harcelé ou agressé Amy Dorris, rapporte le journal britannique. Ses représentants estiment que toute agression à l'extérieur des toilettes du stade aurait été vue par de nombreux témoins. 

Interrogée sur son choix de témoigner, Amy Dorris explique qu'elle avait songé à le faire en 2016, lors de la campagne pour l'élection présidentielle américaine. A cette époque, plusieurs femmes avaient accusé le candidat de harcèlement et de violences sexuelles. L'ancienne mannequin s'inquiétait toutefois des conséquences que ces révélations pourraient avoir sur sa famille, confie-t-elle aujourd'hui. 

Donald Trump a été accusé d'agression sexuelle ou de harcèlement par plus d'une dizaine de femmes. Une éditorialiste, E. Jean Carroll, l'accuse de l'avoir violée au milieu des années 1990. 

"Mes filles vont avoir 13 ans. Je veux qu'elles sachent qu'on ne laisse personne nous faire quelque chose sans notre consentement", défend Amy Dorris. "Je veux qu'elles voient que je ne suis pas restée silencieuse. J'ai tenu tête à quelqu'un qui a commis un acte inacceptable."