Cet article date de plus de sept ans.

Etats-Unis : un jeune Britannique arrêté pour avoir voulu tuer Donald Trump

Le suspect s'était rendu, vendredi, dans un stand de tir à Las Vegas pour apprendre à tirer avec une arme à feu. Il a été interpelé le lendemain lors d'un meeting du candidat à la présidentielle.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Donald Trump donne un meeting de campagne à Phoenix (Etats-Unis), le 18 juin 2016. (RALPH FRESO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Il planifiait son attaque depuis un an. Un Britannique de 19 ans a été inculpé, lundi 20 juin, pour avoir tenté de tuer le candidat à la présidentielle Donald Trump à Las Vegas (Etats-Unis).  L'incident est survenu le 18 juin lors d'un meeting du républicain au casino Treasure Island de Las Vegas, où Michael Sandford a tenté de désarmer un policier avant d'être maîtrisé par les forces de l'ordre.

Le jeune homme, qui vit aux Etats-Unis depuis un an et demi, a confié aux enquêteurs qu'il s'était rendu, vendredi, dans un stand de tir à Las Vegas pour apprendre à tirer avec une arme à feu car il n'en avait jamais utilisée. L'accusé a reconnu qu'il n'aurait probablement pas pu tirer plus d'une ou deux balles et s'est dit convaincu qu'il aurait été tué par les forces de l'ordre pendant sa tentative.

Il encourt plus de dix ans de prison

Michael Sandford a également confié aux enquêteurs qu'il avait acheté un billet pour un autre rassemblement à Phoenix, en Arizona, avec l'intention "d'essayer à nouveau de tuer (Donald) Trump" si son plan échouait à Las Vegas. Il a affirmé aux enquêteurs que "s'il était remis dans la rue demain, il essaierait à nouveau".

Michael Sandford est actuellement détenu sans possibilité de libération sous caution car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d'évasion. S'il est reconnu coupable d'"acte de violence sur un terrain privé" il risque plus de dix ans de prison et 250 000 dollars d'amende. La prochaine audience aura lieu le 5 juillet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.