Etats-Unis : on vous explique l'affaire Jeffrey Epstein, financier accusé de trafic sexuel et retrouvé mort dans sa cellule

Le riche financier Jeffrey Epstein, accusé d'avoir exploité sexuellement des dizaines d'adolescentes, s'est suicidé dans sa cellule, samedi. L'affaire embarrasse le président Donald Trump qu'il a fréquenté à de nombreuses reprises. 

Des manifestantes brandissent le portrait de Jeffrey Epstein devant le tribunal de Manhattan où le milliardaire a comparu, le 8 juillet.
Des manifestantes brandissent le portrait de Jeffrey Epstein devant le tribunal de Manhattan où le milliardaire a comparu, le 8 juillet. (STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Son corps a été découvert au petit matin. Le financier et figure de la jet set américaine Jeffrey Epstein s'est suicidé, samedi 10 août, dans sa cellule à New York. L'homme d'affaires attendait son procès un mois après avoir été inculpé d'exploitation et agressions sexuelles de dizaines de jeunes filles mineures. Proche de nombreuses personnalités dont Donald Trump, l'homme de 66 ans avait été poursuivi pour des faits similaires il y a une dizaine d'années. Mais il avait alors bénéficié d'un accord conclu avec le procureur Alexander Acosta, devenu par la suite ministre du Travail de Donald Trump.

Qui était Jeffrey Epstein ?

Ancien professeur de mathématiques et de physique, Jeffrey Epstein est un millionnaire américain qui a fait fortune, d'abord comme trader au sein de la banque d'investissement Bear Stearns à la fin des années 1970, puis à la tête de sa propre société de gestion d'actifs. Au fil des années, il est même devenu une personnalité de la jet-set américaine, pouvant se targuer de liens étroits avec des stars et des responsables politiques de haut rang.

L'homme d'affaires fut ainsi un proche de l'ancien président américain Bill Clinton, qu'il aurait transporté plus de vingt fois dans son jet privé. Autre personnalité de son cercle : Donald Trump, qui l'avait invité en 2000 dans son club privé de Mar-a-Lago à Palm Beach en Floride.

Donald Trump et sa future épouse Melania (à gauche) posent au côté du milliardaire Jeffrey Epstein, le 12 février 2000 au club Mar-a-Lago à Palm Beach (Floride), propriété du président américain.
Donald Trump et sa future épouse Melania (à gauche) posent au côté du milliardaire Jeffrey Epstein, le 12 février 2000 au club Mar-a-Lago à Palm Beach (Floride), propriété du président américain. (DAVIDOFF STUDIOS PHOTOGRAPHY / ARCHIVE PHOTOS / GETTY IMAGES)

"Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type génial, disait l'actuel président américain dans un entretien au magazine New York en 2002. C'est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu'il aime les jolies femmes autant que moi, et beaucoup sont plutôt jeunes." De l'autre côté de l'Atlantique, Jeffrey Epstein a aussi été ami avec le prince Andrew, le deuxième fils d'Elizabeth II et frère du prince Charles.

Que lui était-il reproché ?

Selon l'acte d'accusation rendu public par le procureur fédéral de Manhattan, Jeffrey Epstein est accusé d'avoir, entre 2002 et 2005 au moins, fait venir des mineures dans ses résidences de Manhattan à New York et de Palm Beach (Floride) "pour se livrer à des actes sexuels avec lui, après quoi il leur donnait des centaines de dollars en liquide". Certaines d'entre elles étaient âgées de 14 ans seulement. 

"Il en a aussi payé certaines pour qu'elles recrutent d'autres filles afin qu'elles soient elles aussi abusées par Epstein", ajoute l'acte d'accusation. Epstein a ainsi pu "tisser une toile de victimes en constante expansion", selon le procureur fédéral Geoffrey Berman. Selon plusieurs témoignages, domestiques, secrétaire et recruteuses géraient au millimètre un sombre emploi du temps, avec prise de rendez-vous, transport, instructions et rétribution, voire cadeaux. "Il y a des dizaines de victimes à New York et des dizaines de victimes en Floride", a ajouté le procureur lors d'un point-presse. 

Le procureur fédéral Geoffrey Berman annonce les charges retenues contre Jeffrey Epstein à New Yorl, le 8 juillet 2019.
Le procureur fédéral Geoffrey Berman annonce les charges retenues contre Jeffrey Epstein à New Yorl, le 8 juillet 2019. (STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Les témoignages qui sont ressortis via des documents judiciaires ou dans les médias brossaient le portrait d'un prédateur insatiable de jeunes filles. Courtney Wild, qui a rencontré Epstein en 2000 à l'âge de 14 ans avant de sombrer dans la drogue quelques années plus tard, a raconté fin 2018 au Miami Herald lui avoir "amené 70 à 80 filles de 14 ou 15 ans" rémunérées en échange de faveurs sexuelles. Dans un entretien à NBC, Jennifer Araoz a ainsi raconté comment elle avait été "recrutée" devant son établissement scolaire par une jeune femme, à 14 ans. Elle dit s'être rendue à plusieurs reprises chez Jeffrey Epstein qui avait commencé à la payer pour des massages. "Il m'a violée, brutalement violée", accuse-t-elle également.

Arrêté le 6 juillet dans le New Jersey alors qu'il revenait de France en jet privé, Jeffrey Epstein a comparu deux jours plus tard, au tribunal de Manhattan, où il a plaidé "non coupable". Jeffrey Epstein encourait jusqu'à quarante-cinq ans de prison pour exploitation sexuelle de mineures. Son procès devait s'ouvrir en juin 2020, au moins.

Que sait-on de sa mort ?

Samedi matin, Jeffrey Epstein a été retrouvé "inanimé" dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center, considéré comme l'un des établissements pénitenciers les plus sûrs des Etats-Unis"Le personnel a immédiatement tenté de le ranimer", avant de le faire transporter à l'hôpital où il a été prononcé mort, a précisé l'adminisation pénitentiaire fédérale dans un communiqué. Selon le New York Post (en anglais), Jeffrey Epstein a été transporté à l'hôpital après un appel pour arrêt cardiaque passé vers 6H30. 

Le bureau du médecin légiste a confirmé son décès, sans en préciser la cause. Le New York Times (en anglais), qui cite des responsables sous couvert d'anonymat, affirme que le financier de 66 ans s'est pendu. Le FBI a annoncé avoir ouvert une enquête sur ce "suicide apparent"

Selon la chaîne ABC News (en anglais), Jeffrey Epstein avait été placé sous surveillance après un événement survenu fin juillet, quelques jours après la décision d'un juge fédéral de le maintenir en détention. L'homme d'affaires avait été retrouvé allongé par terre dans sa cellule, avec des marques sur le cou. Plusieurs sources avaient alors indiqué qu'il avait tenté de se suicider, même si ses blessures étaient sans gravité. Il s'était présenté dans les jours suivants à une audience judiciaire.

Pourquoi cette affaire embarrasse Trump ?

Il y a plus de dix ans, Jeffrey Epstein avait déjà été accusé de faits similaires en Floride. Mais grâce à un accord passé en 2008 avec le procureur fédéral chargé de cette affaire, Alexander Acosta, il avait obtenu de ne pas être poursuivi par la justice fédérale. Il avait uniquement été condamné pour des faits mineurs de prostitution, qui lui avaient valu une peine de prison aménagée de treize mois. Son nom était toutefois inscrit au fichier des délinquants sexuels. L'accord est longtemps demeuré confidentiel, y compris pour les victimes. 

Or, Alexander Acosta est ensuite devenu le ministre du Travail de Donald Trump. Vivement critiqué pour sa gestion de l'affaire à l'époque, le ministre a fini par jeter l'éponge et démissionner le 12 juillet dernier. De nombreux responsables démocrates s'étaient élevés l'accord "inadmissible" passé avec Alexander Acosta, à l'instar de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, pour qui Donald Trump était "au courant lorsqu'il l'a nommé à son cabinet".

Outre le cas de l'ancien ministre du Travail, ce sont les liens entre Jeffrey Epstein et Donald Trump qui font polémique. Une vidéo d'une soirée datant de 1992, ressortie des archives de NBC, fragilise ainsi les efforts du président américain pour se distancer du riche investisseur. Sur cet enregistrement exhumé, on peut voir Donald Trump en train de parler à Jeffrey Epstein, lors d'une soirée dans sa résidence de Mar-a-Lago, en pointant du doigt les jeunes femmes sur la piste de danse. Selon NBC, le premier lance "She is hot" (elle est sexy), avant d'ajouter une seconde blague inaudible, ce qui provoque l'hilarité de Jeffrey Epstein.

Depuis l'arrestation de Jeffrey Epstein, le locataire de la Maison Blanche avait changé de ton à son propos, assurant avoir coupé les ponts depuis plusieurs années. "Je n'étais pas un fan de Jeffrey Epstein. Ce n'est pas quelqu'un que je respectais", a-t-il encore affirmé vendredi.