Etats-Unis : on vous explique l'affaire Jeffrey Epstein, le nouveau scandale sexuel qui embarrasse l'administration Trump

Le milliardaire Jeffrey Epstein, accusé d'avoir exploité sexuellement des dizaines d'adolescentes, a bénéficié en 2008 d'un accord de plaider coupable conclu par l'actuel ministre du Travail de Donald Trump.

Des manifestantes brandissent le portrait de Jeffrey Epstein devant le tribunal de Manhattan où le milliardaire a comparu, le 8 juillet.
Des manifestantes brandissent le portrait de Jeffrey Epstein devant le tribunal de Manhattan où le milliardaire a comparu, le 8 juillet. (STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Nouveau scandale sexuel aux Etats-Unis. L'homme d'affaires américain Jeffrey Epstein a été inculpé à New York, lundi 8 juillet, d'exploitation sexuelle de dizaines de jeunes filles mineures. Proche de nombreuses personnalités dont Donald Trump, l'homme de 66 ans avait été poursuivi pour des faits similaires il y a une dizaine d'années. Mais il avait alors bénéficié d'un accord conclu avec le procureur Alexander Acosta, aujourd'hui ministre du Travail de Donald Trump et visé par des appels à la démission.

Qui est Jeffrey Epstein ?

Ancien professeur de mathématiques et de physique, Jeffrey Epstein est un milliardaire américain qui a fait fortune, d'abord comme trader au sein de la banque d'investissement Bear Stearns à la fin des années 1970, puis à la tête de sa propre société de gestion d'actifs. Au fil des années, il est même devenu une personnalité de la jet-set américaine, pouvant se targuer de liens étroits avec des stars et des responsables politiques de haut rang.

L'homme d'affaires fut ainsi un proche de l'ancien président américain Bill Clinton, qu'il aurait transporté plus de vingt fois dans son jet privé. Autre personnalité de son cercle : Donald Trump, qui l'avait invité en 2000 dans son club privé de Mar-a-Lago à Palm Beach en Floride.

Donald Trump et sa future épouse Melania (à gauche) posent au côté du milliardaire Jeffrey Epstein, le 12 février 2000 au club Mar-a-Lago à Palm Beach (Floride), propriété du président américain.
Donald Trump et sa future épouse Melania (à gauche) posent au côté du milliardaire Jeffrey Epstein, le 12 février 2000 au club Mar-a-Lago à Palm Beach (Floride), propriété du président américain. (DAVIDOFF STUDIOS PHOTOGRAPHY / ARCHIVE PHOTOS / GETTY IMAGES)

"Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type génial, disait l'actuel président américain dans un entretien au magazine New York en 2002. C'est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu'il aime les jolies femmes autant que moi, et beaucoup sont plutôt jeunes." De l'autre côté de l'Atlantique, Jeffrey Epstein a aussi été ami avec le prince Andrew, le deuxième fils d'Elizabeth II et frère du prince Charles.

Que lui est-il reproché ?

Selon l'acte d'accusation rendu public par le procureur fédéral de Manhattan, Jeffrey Epstein est accusé d'avoir, entre 2002 et 2005 au moins, fait venir des mineures dans ses résidences de Manhattan à New York et de Palm Beach (Floride) "pour se livrer à des actes sexuels avec lui, après quoi il leur donnait des centaines de dollars en liquide". Certaines d'entre elles étaient âgées de 14 ans seulement.

"Il en a aussi payé certaines pour qu'elles recrutent d'autres filles afin qu'elles soient elles aussi abusées par Epstein", ajoute l'acte d'accusation. Epstein a ainsi pu "tisser une toile de victimes en constante expansion", selon le procureur fédéral Geoffrey Berman. "Il y a des dizaines de victimes à New York et des dizaines de victimes en Floride", a-t-il ajouté lors d'un point-presse. Le fait d'inciter des mineures à la prostitution est un crime selon la loi fédérale, avec ou sans consentement.

Le procureur fédéral Geoffrey Berman annonce les charges retenues contre Jeffrey Epstein à New Yorl, le 8 juillet 2019.
Le procureur fédéral Geoffrey Berman annonce les charges retenues contre Jeffrey Epstein à New Yorl, le 8 juillet 2019. (STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Arrêté samedi dans le New Jersey alors qu'il revenait de France en jet privé, Jeffrey Epstein a comparu lundi au tribunal de Manhattan, vêtu de la tenue réglementaire bleu marine des détenus, où il a plaidé "non coupable". Il encourt jusqu'à quarante-cinq ans de prison.

Plusieurs de ses victimes présumées ont témoigné dans la presse américaine. Courtney Wild, qui a rencontré Epstein en 2000 à l'âge de 14 ans avant de sombrer dans la drogue quelques années plus tard, a raconté à la fin 2018 au Miami Herald lui avoir "amené 70 à 80 filles de 14 ou 15 ans" rémunérées en échange de faveurs sexuelles.

Pourquoi cette affaire embarrasse Trump ?

Il y a plus de dix ans, Jeffrey Epstein avait déjà été accusé de faits similaires en Floride. Mais grâce à un accord passé en 2008 avec le procureur fédéral chargé de cette affaire, Alexander Acosta, il avait obtenu de ne pas être poursuivi par la justice fédérale. Il avait uniquement été condamné pour des faits mineurs de prostitution, qui lui avaient valu une peine de prison aménagée de treize mois. L'accord est longtemps demeuré confidentiel, y compris pour les victimes.

Or, aujourd'hui, Alexander Acosta n'est autre que le ministre du Travail de Donald Trump. Des responsables démocrates réclament sa démission. Cet accord "inadmissible" n'avait pas été communiqué "à ses jeunes victimes courageuses, ce qui les avaient empêchées d'exiger justice", s'est ainsi indignée la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ajoutant que Donald Trump le savait "quand il l'a nommé à son cabinet".

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a renchéri dans l'hémicycle : "Epstein aurait dû se retrouver derrière les barreaux, mais malheureusement le ministre du Travail, Alex Acosta, a offert à Epstein un accord en or."

Mardi, Alexander Acosta s'est réjoui des nouveaux développements concernant Jeffrey Epstein, en laissant entendre, sur Twitter, qu'il n'avait pas tous les éléments à l'époque.

Comment réagit la Maison Blanche ?

"Je me sens très triste pour le secrétaire Acosta parce que je le connais comme quelqu'un qui travaille dur et qui a fait de l'excellent travail", a déclaré Donald Trump mardi devant les journalistes à la Maison Blanche. Il a ajouté que l'administration américaine allait "étudier de très près" toute cette affaire, tout en prenant la défense de son secrétaire au Travail. Le chef de la Maison Blanche a notamment déclaré qu'il y avait, selon lui, de nombreuses personnes autres qu'Acosta impliquées dans la décision prise dans l'affaire Epstein en 2007.

Le président n'a, en outre, fait aucune mention des accusations pesant sur Jeffrey Epstein. Donald Trump a confirmé qu'il connaissait le financier, mais qu'il avait eu un différend avec ce dernier, sans en préciser le motif, et que les deux hommes ne s'étaient plus parlé depuis quinze ans.