États-Unis : le cri de colère des victimes de la fusillade de Floride

Le silence de Donald Trump sur les armes à feu continue à susciter la colère des survivants et des familles des victimes aux États-Unis, cinq jours après une fusillade meurtrière dans un lycée en Floride.

Voir la vidéo
France 3

Shame on you, "honte à vous" : c'est le cri de colère d'une lycéenne qui a échappé à la fusillade en se cachant dans l'amphithéâtre de son lycée quand le tueur a ouvert le feu. "Si le président me dit en face que c'était une terrible tragédie, que ça ne devrait plus jamais se produire, mais qu'on ne peut rien y faire, alors je lui demanderais la somme qu'il a touchée de la National Rifle Association", s'est exclamée Emma Gonzalez sous l'ovation des participants d'un rassemblement en hommage aux victimes. La National Rifle Association, l'association nationale des armes, c'est le principal lobby des armes aux États-Unis, qui a soutenu financièrement la campagne de Donald Trump. "Il a touché 30 millions de dollars ! Si on divise cette somme par le nombre de victimes des fusillades depuis le début de l'année, ça fait 5 800 dollars [par victime]. C'est ce qu'elles valent ces victimes pour vous, Trump ?!", a lancé la jeune survivante.

18 fusillades depuis le début de l'année

Depuis le drame, Donald Trump s'est refusé à évoquer le problème des ventes d'armes. Le deuxième amendement de la Constitution garantit à tous les citoyens américains le droit de porter une arme et les défenseurs de ces droits ne désarment pas, comme ici, dans ce salon qui se tient à Miami, à moins de 40 km du lieu de la fusillade. À Parkland, les lycéens, eux, ne veulent plus se contenter de pleurer les morts. La tuerie de mercredi 14 février dernier est la 18e fusillade aux États-Unis depuis le début janvier et chaque année on compte 12 000 homicides par arme à feu dans le pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emma Gonzalez prend la parole, lors d\'un rassemblement contre les armes à Fort Lauderdale (Floride, Etats-Unis), le 17 février 2018. 
Emma Gonzalez prend la parole, lors d'un rassemblement contre les armes à Fort Lauderdale (Floride, Etats-Unis), le 17 février 2018.  (CNN)