Fusillade en Floride : la colère des proches

Aux États-Unis, l'émotion et la colère montent après une énième tuerie qui a fait 17 morts mercredi 14 février dans un lycée de Floride. Un massacre qui aurait, peut-être, pu être évité.

FRANCE 2

Une douleur immense que certains ne peuvent contenir. Bougies en main, ils étaient plusieurs milliers à rendre hommage à leurs compagnons disparus. "Tous ces enfants sont nos enfants", commente visiblement émue une passante. 17 visages, 17 histoires et autant de vies gâchées, de familles brisées. En direct à la télévision, la mère d'une des victimes, Alyssa, laisse éclater sa colère et s'adresse directement au président américain : "Le tireur, un fou, rentre tranquillement dans l'école, brise la fenêtre de la classe de ma fille, il lui tire dessus. Il l'a tuée ! Président Trump ! Vous dites 'que puis-je faire' ? Commencez par empêcher les gens de porter des armes !", s'insurge la femme.

Casquette à l’effigie de Trump sur la tête

L'auteur du massacre a répondu hier des 17 assassinats qui lui sont reprochés. Malgré ses 19 ans, Nikolas Cruz n'a jamais eu de mal à se procurer des armes et à se montrer menaçant dans ses publications. Une vidéo amateur le montre mimant un tire, revolver en main et casquette à l'effigie de Donald Trump, visée sur la tête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des jeunes Floridiens assistent, à Parkland (Floride, Etats-Unis) à un hommage, le 15 février 2018, aux victimes de la tuerie perpétrée dans un lycée de la ville, qui a fait 17 morts.
Des jeunes Floridiens assistent, à Parkland (Floride, Etats-Unis) à un hommage, le 15 février 2018, aux victimes de la tuerie perpétrée dans un lycée de la ville, qui a fait 17 morts. (RHONA WISE / AFP)