Cet article date de plus de trois ans.

Tuerie dans un lycée en Floride : des élèves survivants en colère plaident pour une législation plus dure sur les armes à feu

Plusieurs d'entre eux ont réagi, sur les réseaux sociaux, aux propos d'une chroniqueuse républicaine, qui assurait que "le sujet n'est pas les armes à feu".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des jeunes Floridiens assistent, à Parkland (Floride, Etats-Unis) à un hommage, le 15 février 2018, aux victimes de la tuerie perpétrée dans un lycée de la ville, qui a fait 17 morts. (RHONA WISE / AFP)

Armé de son fusil d'assaut acheté légalement, Nikolas Cruz a abattu 17 personnes au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, mercredi 14 février. Cette énième tuerie poussera-t-elle les Etats-Unis à légiférer pour un meilleur contrôle des armes ? C'est ce que souhaitent certains camarades des victimes, rescapés du drame : sur les réseaux sociaux, ils ont vertement réagi aux propos de conservateurs, pour lesquels il n'est pas question de lier cette tuerie et la législation sur les armes.

Jeudi, lors d'une allocution télévisée, Donald Trump n'a pas prononcé une seule fois le mot "arme à feu" et a insisté sur le fait que le tireur était un "déséquilibré mental""La gauche peut-elle laisser les familles vivre leur deuil pendant au moins 24 heures avant de mettre en avant leur agenda anti-armes ?", s'est emportée une célèbre chroniqueuse conservatrice, Tomi Lahren, sur Twitter"Mon Dieu. Le sujet n'est pas les armes à feu, le sujet est encore un autre cinglé."

Des propos qui ont choqué plusieurs lycéens de Parkland, repérés par le site Buzzfeed (en anglais). "Je me suis caché dans un placard pendant deux heures. Le sujet, ce sont les armes à feu, lui a répondu Carly Novell, une élève de 17 ans. Les armes à feu permettent à ces personnes répugnantes de tuer d'autres êtres humains."

"Vous êtes les adultes. Faites quelque chose"

"Un gamin de 18 ans, dont tout le monde savait qu'il avait des problèmes, a eu le droit d'avoir plusieurs putains d'armes à feu", s'insurge une autre élève du lycée, Lex Michael, encore en réponse à Tomi Lahren. "Mais oui, contentons nous d'adresser des prières parce qu'elles ont toujours l'air d'être si efficaces", a-t-elle ironisé.

"Il nous faut des actes. Je vous en prie ! C'est la 18e fusillade cette année" dans un établissement scolaire américain, s'est alarmé David Hogg, également rescapé du drame et interviewé par la chaîne CNN. "C'est inacceptable. Nous sommes des enfants. Vous êtes les adultes. Travaillez ensemble, surmontez la politique, et faites quelque chose", a-t-il lancé, en appel aux parlementaires américains.

Plusieurs parlementaires démocrates ont lancé un appel à un plus grand contrôle de la vente d'armes à feu après la tuerie de Parkland, mais une réforme a peu de chances de voir le jour dans un Congrès à majorité républicaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.