États-Unis : "La crise du Covid-19 est le premier accident qui a déréglé la machine" Trump

Gilles Paris, correspondant du journal "Le Monde" aux États-Unis, signe avec un confrère, "Amérique, années Trump". Il en parle sur franceinfo jeudi 17 septembre.

FRANCEINFO

Le président des États-Unis ne semble pas touché par les nouvelles accusations de viol. "Donald Trump a pris l’habitude de se nourrir des scandales. C’est pour cela qu’ils glissent sur lui, c’est un moteur pour lui. Ils lui permettent de se mettre à distance de ce qu’il présente comme la classe politique toujours corrompue et tenue par les élites. Ces scandales n’ont eu aucun impact sur sa base électorale, jamais", souligne Gilles Paris, le correspondant du Monde à Washington.

Le 3 novembre, les électrices pourraient se faire entendre dans les bureaux de vote. "Donald Trump a une ligne directrice, c’est celle de mobiliser une Amérique blanche plutôt masculine. Il s’adresse à elle exclusivement et laisse de côté les femmes éduquées notamment, et c’est leur détachement qui avait expliqué en 2018 la perte de la Chambre des représentants et le premier revers sérieux de Donald Trump", explique le journaliste sur franceinfo jeudi 17 septembre.

Une élection test le 3 novembre

Dans son livre Amérique, années Trump, Gilles Paris décrit un "ogre politique qui a été sous-estimé". "Il a une énergie, une capacité à dicter l’agenda pour que tout tourne autour de lui en permanence qui fait qu’il s’est imposé, a duré, a résisté et la crise du Covid-19 est le premier accident qui a déréglé la machine", ajoute-t-il.

"C’est quelqu’un qui est le reflet d’une Amérique, qui ne va pas disparaître avec une éventuelle défaite à la présidentielle. Au contraire, en repoussant sans cesse les normes, Donald Trump a peut-être plus modifié les équilibres institutionnels américains que ses prédécesseurs. C’est pour ça que cette élection sera un test important pour les États-Unis et le monde", conclut Gilles Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain Donald Trump lors d\'une conférence de presse à Washington, le 4 septembre 2020.
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à Washington, le 4 septembre 2020. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)