Etats-Unis : Joe Biden dénonce l'"extrémisme" de Donald Trump et de ses partisans, une "menace" pour le pays

Le discours du président démocrate devient plus offensif à l'approche des élections législatives de novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président américain, Joe Biden, lors d'un discours à Philadephie (Pennsylvanie), jeudi 1er septembre 2022.  (NATHAN POSNER / ANADOLU AGENCY / AFP)

A l'approche des élections législatives de mi-mandat, en novembre, le président américain s'en prend à son prédécesseur et à ceux qui souscrivent à son idéologie "Make America Great Again". Ils "ne respectent pas la Constitution. Ils ne croient pas à l'Etat de droit. Ils ne reconnaissent pas la volonté du peuple", a déclaré Joe Biden lors d'un discours, jeudi 1er septembre, à Philadelphie (Pennsylvanie, est des Etats-Unis). Il faisait référence à cette frange du mouvement conservateur qui prétend toujours que l'élection présidentielle de 2020 a été entachée de fraudes. Des accusations pourtant balayées par la Commission électorale américaine. 

"Donald Trump et les 'républicains MAGA' représentent un extrémisme qui menace les fondations mêmes de notre République."

Joe Biden, président des Etats-Unis

dans un discours à Philadelphie

Les représentants de la droite radicale "applaudissent la colère. Ils se nourrissent du chaos. Ils ne vivent pas dans la lumière de la vérité, mais à l'ombre des mensonges", a scandé le président de 79 ans. Convaincu que la Pennsylvanie détient peut-être la clé des élections législatives, cruciales pour la suite de son mandat, Joe Biden œuvre à faire de ce rendez-vous, traditionnellement défavorable au parti qui tient la Maison Blanche, un référendum sur Donald Trump et ses idées.

Les démocrates rêvent d'un exploit

Selon un sondage publié jeudi par le Wall Street Journal, si les législatives de mi-mandat avaient lieu aujourd'hui, 47% des électeurs voteraient démocrate et 44% républicain. La droite avait encore une avance de 5 points en mars. Les démocrates se prennent alors à rêver d'un exploit lors de ce scrutin qui renouvelle toute la Chambre des représentants et un tiers du Sénat. 

Joe Biden a toujours chanté les vertus de la coopération avec les républicains de bonne volonté. Mais le discours se veut désormais plus offensif : "Tous les républicains n'adhèrent pas à cette idéologie extrême", a-t-il certes reconnu. Mais "il ne fait aucun doute que le parti républicain d'aujourd'hui est dominé, entraîné et intimidé par Donald Trump" et ses partisans.

Dénonçant les attaques persistantes et infondées du milliardaire contre la validité de l'élection de 2024, Joe Biden a lâché : "Vous ne pouvez pas aimer votre pays seulement quand vous gagnez." Et quand, pendant son discours, un groupe d'opposants réunis à proximité a lancé en chœur des insultes au président, ce dernier a rétorqué : "Ils ont le droit de s'indigner. C'est la démocratie (...) Ils n'ont jamais été étouffés par les bonnes manières."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.