Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : Clinton et Trump restent en tête des primaires, malgré des défaites dans l'Utah et l'Idaho

Les deux favoris se sont imposés dans l'Arizona mardi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump et sa rivale démocrate Hilary Clinton, en tête dans la course à la présidentielle américaine.  (JIM TANNER / REUTERS)

Ils restent les deux favoris pour l'investiture avant la présidentielle de novembre 2016. Donald Trump et Hillary Clinton restent en tête de la course des primaires de leur parti pour la présidentielle américaine, mercredi 23 mars, malgré les succès de leurs rivaux dans plusieurs Etats de l'Ouest américain la veille.

>> Retrouvez tous les résultats des primaires aux Etats-Unis en un clin d'œil

Le milliardaire new-yorkais a nettement remporté la primaire républicaine de l'Arizona, mais le sénateur du Texas Ted Cruz l'a écrasé dans l'Utah avec 70% des voix, selon des résultats partiels. L'Utah est le seul Etat américain à être peuplé majoritairement de mormons, et ses électeurs ont désavoué Donald Trump qui a même terminé troisième derrière John Kasich, le gouverneur de l'Ohio. 

Sanders toujours distancé par Clinton

Chez les démocrates, Bernie Sanders a, comme prévu, largement battu Hillary Clinton dans l'Utah et l'Idaho. Mais l'ex-secrétaire d'Etat s'est imposé dans l'Etat de l'Arizona, qui compte davantage de délégués, avec environ 60% des voix. Au total, Hillary Clinton totalise pour l'instant 1 214 délégués contre 901 pour Bernie Sanders, selon l'estimation du New York Times, la barre à atteindre pour décrocher l'investiture étant de 2 383.

Pour rattraper son retard, Bernie Sanders devra battre systématiquement Hillary Clinton dans les primaires qui se poursuivront jusqu'en juin, et avec des majorités très larges. L'équipe Clinton juge un tel exploit improbable.

Côté républicain, Donald Trump domine la course avec 738 délégués contre 463 pour Ted Cruz et 143 pour John Kasich, l'investiture lui étant assurée à partir de 1 237 délégués. Si le milliardaire terminait les primaires en tête, mais sans atteindre cette barre, les délégués voteront à la convention de Cleveland, en juillet, pour élire le candidat qui portera les couleurs du parti à la présidentielle de novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.