Etats-Unis : privés de Donald Trump, les médias américains font face à des audiences en berne

Les chaînes d'information comme les titres de presse ont vu leurs chiffres baisser depuis le départ de l'ancien président américain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Donald Trump quitte la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), au dernier jour de son mandat, le 20 janvier 2021. (MANDEL NGAN / AFP)

C'est l'une des conséquences inattendues de l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. Les médias américains nationaux voient leurs audiences et leur lectorat chuter depuis plusieurs semaines, contrecoup du départ de Donald Trump, qui leur permettait de créer l'événement en permanence.

La chaîne d'information CNN incarne cette chute soudaine, avec plus de la moitié de son audience envolée entre janvier et la première quinzaine de mars sur la case reine du prime time (20h30 à 22 heures), selon les données du cabinet Nielsen. Ses rivales, MSNBC et Fox News, s'en tirent mieux mais affichent également un recul, bien qu'ayant des lignes éditoriales opposées. La première anti-Trump, la seconde pro-Trump.

Du côté de la presse, le New York Times a perdu près de 20 millions de visiteurs uniques sur son site entre janvier et février aux Etats-Unis, et le Washington Post près de 30 millions, selon des données du cabinet Comscore.

Joe Biden jugé "ennuyeux" par rapport à son prédécesseur

"Il y a toujours un désastre majeur en cours qui devrait maintenir les gens devant leur écran", à savoir la pandémie, observe Adam Chiara, professeur de communication à l'université de Hartford, dans le Connecticut. Pour lui, les baisses d'audiences montrent que "les gens étaient plus intéressés par les informations concernant le président Trump que par ce qui se passe aujourd'hui".

Aujourd'hui installé en Floride, l'ancien chef de l'Etat a fait quelques apparitions et accordé plusieurs entretiens depuis son départ. Privé de fonctions officielles et de son compte Twitter, il n'a cependant plus la plateforme qui faisait de lui le centre d'attention permanent des médias.

Pour Tobe Berkovitz, professeur de communication politique à l'université de Boston, les médias sont victimes du contraste entre Donald Trump, son goût de la polémique et son caractère imprévisible, et Joe Biden, "un type ennuyeux", qui a volontairement pris le contre-pied de son prédécesseur dans sa communication.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.