Cet article date de plus de quatre ans.

Donald Trump impose des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium (et dans les quinze jours)

Le président américain a signé le texte jeudi soir. Le Canada et le Mexique sont exemptés "pour le moment." La France parle de "mauvais remède."

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président américain, Donald Trump, lors d'une réunion à la Maison Blanche à Washington D.C (Etats-Unis), le 1er mars 2018.  (MANDEL NGAN / AFP)

Cette fois, c'est fait. Après plusieurs jours de spéculations et de rumeurs, Donald Trump a bel et bien signé, jeudi 8 mars, le texte qui impose des taxes sur les importations aux Etats-Unis d’acier et d’aluminium. Ces taxes, de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium, entreront en vigueur dans quinze jours.

Le président américain a expliqué que les Etats-Unis avaient, pendant des décennies, été victimes de pratiques commerciales qu’il a assimilées à une "agression."

Je tiens une promesse que j’ai faite en campagne et que j’ai faite pendant une grande partie de ma vie.

Donald Trump

à la Maison Blanche

Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d’acier des Etats-Unis, en sera cependant exempté. En tout cas "pour le moment." Même chose pour le Mexique. Le sort qui sera réservé à ces deux pays frontaliers des Etats-Unis sur le moyen terme dépendra en particulier de l’issue des négociations en cours sur l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna). "Si nous trouvons un accord, il n’y aura pas de taxes sur le Canada et le Mexique", a martelé le président.

La Maison Blanche a précisé que tous les pays concernés pourraient entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption. "Nous allons faire preuve de beaucoup de flexibilité", a assuré le Donald Trump.

"Mauvais remède"

La France a immédiatement regretté ces annonces, par la voix du ministre de l’économie, Bruno Le Maire. "Une guerre commerciale ne fera que des perdants, a-t-il écrit sur Twitter. "Avec nos partenaires européens, nous allons évaluer les conséquences sur nos industries et les réponses à apporter."

Cette annonce devrait provoquer une vive réaction de l'Union européenne qui martèle depuis plusieurs jours qu'une guerre de tranchées serait nuisible à tous et a dit préparer des mesures de rétorsion. Les Européens exportent environ 5 milliards d'euros d'acier et 1 milliard d'euros d'aluminium chaque année vers les Etats-Unis.

Du côté des autres partenaires commerciaux, Pékin se dit prêt à adopter une "réponse appropriée et nécessaire" face à d'éventuelles sanctions commerciales américaines. "Dans notre époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède, ils ne feront que pénaliser les autres tout en se pénalisant eux-mêmes", a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.