Cet article date de plus de trois ans.

Donald Trump évoque un "très bon début" après son tête-à-tête avec Vladimir Poutine

Vladimir Poutine et Donald Trump se sont rencontrés à Helsinki (Finlande). Le rendez-vous a duré plus de deux heures.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Donald Trump et Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse commune, lundi 16 juillet à Helsinki (Finlande). (YURI KADOBNOV / AFP)

Le président américain, Donald Trump, a estimé que son entretien avec son homologue russe, Vladimir Poutine, survenu lundi 16 juillet, à Helsinki (Finlande) était un "très bon début" pour apaiser les tensions entre Washington et Moscou. "Je pense que c'est un bon début. Très, très bon début pour tout le monde", a déclaré Donald Trump à des journalistes à l'issue de ce tête-à-tête historique. Le rendez-vous entre les deux chefs d'Etat a duré plus de deux heures dans un salon du palais présidentiel de la capitale finlandaise. 

"Si on veut résoudre un grand nombre des problèmes dans le monde, on doit trouver des moyens de coopérer", a déclaré Donald Trump lors d'une conférence de presse donnée après la rencontre dans la capitale finlandaise. Il a dit avoir abordé un grand nombre de questions cruciales pour les deux pays : la guerre en Syrie, l'Iran, le terrorisme et le contrôle des armes nucléaires, ainsi que la supposée ingérence russe dans les élections américaines de 2016.

Moscou dément les soupçons d'ingérence russe

Les rumeurs faisant état de dossiers compromettants détenus par Moscou sur Donald Trump sont une "absurdité", a affirmé le président russe Vladimir Poutine. "Il serait difficile d'imaginer une plus grande absurdité! Sortez-vous ces idioties de la tête." Le président Vladimir Poutine a proposé de permettre à Washington d'interroger les agents du renseignement russe accusés d'ingérence dans la présidentielle américaine de 2016. Douze agents du renseignement russe ont été inculpés vendredi, car ils soupçonnés d'être impliqués dans le piratage du parti démocrate en 2016.

Le chef de l'opposition démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer, a accusé Donald Trump d'avoir tenu des propos "irréfléchis, dangereux et faibles" face à son homologue russe Vladimir Poutine. "La Maison Blanche est maintenant confrontée à une seule, sinistre question : qu'est-ce qui peut bien pousser Donald Trump à mettre les intérêts de la Russie au-dessus de ceux des Etats-Unis."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.